Sébastien Faget vous conduit vers la détente

Si vous avez l’habitude de vous déplacer en bus dans Marmande, son visage ne vous est pas inconnu. Sébastien, conducteur, se fait maintenant connaître en tant que masseur. « C’est une passion chez moi. Je massais déjà mes amis et l’idée de développer cette activité a mûri pendant trois ans avant que je ne parte faire une formation ». Ainsi est née La Palette des Doigts de Fée.

Nous retrouvons Sébastien un dimanche de décembre dans une boutique de vêtements de la rue Léopold Faye, Pepper Menth’, où il a posé sa chaise de massage afin d’offrir un moment de détente gratuit aux clients de passage. Une sebastien-faget-2initiative très appréciée en plein rush des courses de Noël ! Sébastien pratique sur place le amma assis, l’art d’acupression traditionnel japonais. « Je masse la tête, la nuque, le dos, les bras, les mains, les hanches. Les gens n’ont pas besoin de se déshabiller, ils sont plus à l’aise. J’ai même eu des personnes qui n’aimaient pas qu’on les touche et qui sont sorties ravies de leur massage ». Cette technique se développe beaucoup en entreprise notamment, pour soulager les tensions des salariés. Les collègues chauffeurs de Sébastien ont d’ailleurs déjà bénéficié de ses talents. Notre homme aux doigts experts espère renouveler l’expérience dans d’autres lieux prochainement. Mais en attendant, qu’on se le dise, Sébastien sera de nouveau présent chez Pepper Menth’ dimanche 18 décembre !

Si vous souhaitez caler un massage à domicile avec Sébastien, appelez le 06 81 02 19 04.

Nicolas Michel.

Publicités

La conférence de rentrée 2016 d’Aquaval

img_9389

Comme l’année dernière, « Regard sur Marmande » a assisté au point presse organisé à Aquaval, afin de vous présenter le bilan de la période estivale et les nouveautés de la saison 2016/2017.

Cet été, Aquaval a connu une fréquentation quotidienne en hausse de 14% avec une moyenne de 332 entrées par jour. Un pic de 785 entrées a même été atteint le mardi 23 août 2016. Plusieurs facteurs expliquent ces résultats satisfaisants : les épisodes de fortes chaleurs, la machine à vagues, l’eau du bassin extérieur chauffée à 26°C pour un meilleur confort des baigneurs, mais aussi la baisse du prix de l’entrée adulte de 6 à 4 euros. En bref, les Marmandais n’ont pas boudé leur plaisir de profiter de leur complexe aqualudique.

Daniel Lacampagne.

Le plein d’activités

En cette rentrée, plusieurs nouveautés viennent s’ajouter à un programme déjà conséquent, où se mêlent clubs de natation, de plongée, aquagym, triathlon…

Daniel Lacampagne reprend deux activités qui se trouvaient en sommeil ces dernières années. D’une part, l’organisation d’anniversaires sera proposé les mercredis et samedis après-midi. Les enfants de 6 à 15 ans, par groupe de 12 au maximum, participeront pendant une heure à différents jeux aquatiques (dans le petit bassin pour ceux qui ne savent pas nager). Ils pourront ensuite se réunir au niveau de l’espace cafétéria de l’établissement, mis à leur disposition, pour continuer leur petite fête. D’autre part, Daniel animera tous les jeudis soir de 18h30 à 19h15 ce qu’il appelle l’école des 4 nages (brasse, dos, crawl, papillon), « pour donner la possibilité aux enfants de renforcer les nages qu’ils maîtrisent et d’en apprendre d’autres qu’ils ne possèdent pas », explique-t-il.

Didier Fioramonti.

Le mercredi soir et le samedi matin, Didier Fioramonti s’occupera du Club de sauvetage sportif, ouvert à partir de 10 ans. Remorquage de mannequins, apnée, nage avec obstacles, simulation de sauvetage de noyés : le programme, varié, constitue « une école de la vie » comme aime à le définir Didier, très engagé par ailleurs dans la préservation des milieux marins.

Ludovic Labarchede.

Les cours collectifs – et toniques ! – de Ludovic Labarchede, mis en place l’année dernière, sont reconduits. Avec une nouveauté : l’aqua’pilates. « On va développer toute une nouvelle gamme de cours complémentaires autour de ces méthodes plus douces. Il s’agit d’un travail sur les muscles profonds et posturaux du corps, retrouver de la mobilité sur des régions sujets à beaucoup de pathologies comme les hanches, le rachis ».

Séverine Desmons.

En plus de ses créneaux déjà existants d’aquagym, d’aquados et d’aquaphobie, Séverine Desmons reprend l’aquamaternité suite à de nombreuses demandes dans l’année. Le cours a lieu chaque mardi de 16h15 à 17h00. « Je ne suis pas dans le médical, mais dans le bien-être, la respiration, le drainage lymphatique, l’aquagym douce, le travail du dos. Le tout dans une optique conviviale ».

Une réflexion à venir sur l’équipement

Dernier volet abordé au cours de ce point presse : le devenir de l’équipement. Après les travaux de modernisation des chaudières à gaz et l’installation de panneaux solaires, la politique de réduction des dépenses énergétiques du complexe pourrait se poursuivre grâce à de futurs travaux de réfection et d’isolation du toit au-dessus des bassins intérieurs.

Par ailleurs, la réouverture du sauna, du hammam et de la salle d’appareils de cardio-training reste pour le moment incertaine. Une réflexion sur cette partie d’Aquaval doit être menée avec la Commission des Equipements Sportifs et Culturels d’Intérêt Communautaire.

Nicolas Michel.

Un salon qui fait du bien…

13615460_1070501649704094_7459150882015113798_n 2

Du bien-être, on n’en a jamais assez ! Alors, une occasion de faire le plein ne se refuse pas. Annick Cornaggia, de la boutique marmandaise de lithothérapie Pierre de Lune, organise le week-end du 17 et 18 septembre à Tonneins la deuxième édition d’un salon où vous trouverez mille et une recettes pour vivre mieux. 

Si vous vous lancez à nouveau, c’est que la première édition a bien fonctionné ?

Il y a eu une excellente ambiance, très familiale. La majorité des exposants de l’année dernière reviennent pour cette deuxième édition, parce qu’ils ont été enchantés. Certains m’ont dit que récemment encore, ils avaient eu des retours de ce salon. Ils sont contents de se faire connaître. Notre animateur sera à nouveau présent lui aussi, Patrick Dembreville de VIP Concept. Il m’apporte son aide de main de maître. Il présente les IMG_9323exposants, il gère le temps des conférenciers… Je ne suis pas toute seule derrière cet événement. C’est un travail d’équipe. Vous avez une vraie solidarité.

Vous êtes quand même l’âme de ce salon…

Oui, c’est mon bébé (rires). Mais il faut bien comprendre que tout ce que j’entreprends, je ne le fais pas pour moi, pour être reconnue. Comme on dit : suivez votre conscience et pas votre réputation ! J’agis dans l’intérêt des gens. Quand je sens la détresse de quelqu’un, je fonce ! Parfois, cela me fait faire des bêtises. En tout cas, mes actions ne se situent jamais sur le plan politique mais humain.

13615460_1070501649704094_7459150882015113798_nL’édition 2016 a-t-elle été plus facile à monter que la précédente ?

Ça reste facile, quand on y mets toute son énergie ! L’année dernière, l’aspect le moins agréable concernait les exposants qui devaient participer avant de se désengager au dernier moment. Je n’avais pas vraiment demandé d’acompte. Ce premier salon, j’avais voulu le faire à l’Espace Expo de Marmande. Mais l’endroit était immense par rapport à notre petit nombre d’exposants. Je souhaitais un lieu plus intime. J’avais finalement choisi la salle de la Manoque à Tonneins. Elle est parfaitement adaptée à notre événement. Il faut la voir, elle est magnifique avec ses baies vitrées, elle plaît à tout le monde. Nous avons développé un partenariat avec la ville. Le maire, Dante Rinaudo, m’aide beaucoup. Il a envie que l’événement soit pérénisé. Je ne suis pas loin de la retraite, mais je continuerai l’aventure quand même de toute façon.

Quelles seront les nouveautés cette année ?

S’il ne pleut pas, je voudrais que certaines activités soient pratiquées en extérieur, comme le yoga du rire, car le lieu s’y prête avec la pelouse autour de la salle. A la place des sandwiches de l’année dernière, vous trouverez une restauration bio, avec des salades, des wraps garnis aux légumes, des glaces… Il y aura de la bière et des vins bio également. Une tombola gratuite sera organisée. Chaque exposant offrira quelque chose. L’entrée n’a pas augmenté. Elle coûte toujours 2 euros et 1 euro sera une fois encore reversé à la maison Arc en Ciel de l’Association du Sport Adapté Marmandais.

Avis aux exposants, quelques places sont encore disponibles. Si vous êtes intéressés, contactez Annick au 06 70 57 75 74.

Propos recueillis par Nicolas Michel.

Arôme & Sens, le secret du bien-être à Loyla

En plein coeur du très actif quartier de Lolya, l’institut de beauté Arôme & Sens représente une véritable oasis de détente. Carole, la jeune et pétillante propriétaire, n’en est pas à son coup d’essai puisqu’elle tenait un autre salon en centre-ville depuis 2003, avant d’ouvrir celui-ci en 2008. Aujourd’hui, elle nous convie à une visite guidée d’Arôme & Sens et passe en revue les soins proposés.

LE QUARTIER DE LOLYA

« Le salon a ouvert ses portes le 1er décembre 2008. Loyla représentait un pari car il n’y avait pas grand-chose quand je m’y suis installée. Mais avec le recul, je me dis que j’ai fait le bon choix. J’ai choisi cet emplacement pour devenir propriétaire et non plus être locataire, aussi parce que je pouvais créer l’institut sur plans et qu’il allait y avoir d’autres commerces tout autour. Le parking gratuit représentait un point positif important. Lolya est un quartier dynamique, un pôle commercial et médical dont on parle de plus en plus ».

IMG_7886L’ACCUEIL DU SALON

« Aux clients qui entrent dans le salon, je veux donner l’impression d’une ambiance zen, nature, relaxante, qu’ils se sentent bien dès qu’ils passent la porte. Je demande parfois aux personnes qui viennent pour la première fois ce qu’ils ont ressenti lorsqu’ils sont rentrés. Ils me répondent qu’ils ont trouvé l’endroit agréable. Ils me parlent des senteurs aromatiques, des couleurs… Ils sont souvent étonnés aussi car, vu de l’extérieur, ils ne s’imaginaient pas que l’institut était aussi grand… Les vitrines sont changées régulièrement pour apporter de la nouveauté, en fonction des saisons ou des événements comme Noël, la Saint-Valentin… On met en avant les produits que nous utilisons, entre autres ceux de notre marque phare, Yonka, avec laquelle nous travaillons pour les soins du visage. J’aime bien panacher de façon à ce que les clients aient une vision des gammes que nous pouvons proposer ».

LES CABINES

« Elles sont au nombre de trois et sont polyvalentes. On y réalise les épilations, les soins du visage, les modelages du corps, les manucures, le maquillage, les soins de dernière génération comme le rajeunissement avec la radiofréquence, la dépilation à la lumière pulsée… On IMG_7875adapte l’ambiance en fonction de ce que l’on y fait. Par exemple, pour un massage, vous pouvez avoir une lumière tamisée, des bougies, des draps de couleur… On constate une évolution en ce qui concerne la clientèle masculine. Dans les années 2000, l’homme freinait encore pour entrer dans un institut. C’est maintenant devenu plus courant. Des clientes offrent à leur mari pour Noël ou leur anniversaire un soin alors qu’ils n’en ont jamais fait. Ils essaient et trouvent ça génial ! Cela aide à faire sauter les barrières. Le marketing joue également : beaucoup de fabricants de produits cosmétiques se sont mis à créer des gammes pour hommes et à communiquer là-dessus. Sur la page d’accueil du site de l’institut, j’ai voulu mettre en avant le fait que hommes et femmes sont chez nous sur un pied d’égalité ».

LE SPA JET

« Il s’agit d’un cocon poly-sensoriel dans lequel vous êtes allongé. Vous avez toutes les fonctions possibles du Spa : hammam, sauna, hydrojets, diffusion d’huiles essentielles, d’oligo-éléments. Le matelas berce la personne. Le Spa Jet permet de faire de la relaxation, des soins amincissants ou hydratants. Ce sont des séances complètes pour le bien-être du corps. On peut l’utiliser pour des soins plus spécifiques : des enveloppements aux algues, anti-douleurs… Pour la petite histoire, ma mère est claustrophobe. La première fois qu’elle s’est installée dans le Spa Jet, elle ne voulait pas que je referme le cocon. Je lui ai dit que l’on avait le visage à l’extérieur et que si jamais elle ne se sentait pas bien, il lui suffisait de pousser le capot et que le Spa Jet s’arrêterait automatiquement. C’est une sécurité. Une fois dedans, elle ne voulait plus en sortir, elle s’y sentait trop bien (rires) ».

IMG_7880LE SOLARIUM

« Il est équipé d’une cabine de bronzage agréé, fermée, avec douche et serviette de bain fournie. Il existe une réglementation concernant les UV. Vous ne devez pas avoir de parfum, ni de produits cosmétiques sur la peau. Le fait de disposer d’une douche dans la cabine permet au client de se laver avant la séance et après pour son confort. Nous assurons le suivi de tout le monde quant au temps d’exposition, au nombre de séances ».

IMG_7884LA POWER PLATE

« Cet appareil permet de faire du renforcement musculaire. Tous les muscles sont sollicités à 100% de leur capacité grâce à un phénomène d’oscillations. Chaque séance est individuelle et personnalisée. La personne ne reste jamais seule sur la machine. Une esthéticienne suit le programme et lui fait faire les exercices en fonction des résultats souhaités. Le but est de sculpter la silhouette, la tonifier ».

Pour prendre rendez-vous, appelez le 05 53 93 99 65 ou consultez le site d’Arôme & Sens.

Nicolas Michel.

Nouvelle tête pour le salon de coiffure Au Figaro

A 23 ans seulement, la pétillante Alexandra a repris en avril 2015 le salon de coiffure Au Figaro rue de la Libération, tenu précédemment par Isabelle. La jeune femme fourmille de projets pour faire évoluer son affaire.

IMG_5127«J’adore mon métier», clame Alexandra avec un grand sourire pour expliquer le dynamisme et la passion que l’on ressent chez elle. «Ma mère allait souvent chez le coiffeur. Je l’accompagnais à chaque fois. J‘adorais l‘odeur quand je rentrais dans le salon et j‘étais fascinée par les coiffures qui étaient réalisées».

Après sa classe de troisième, Alexandra est partie en apprentissage chez Z‘n Coif en ville, du côté des 9 fontaines. «Elle a toujours su ce qu’elle voulait faire», se souvient le patron, Nicolas. «Alexandra a été ma première apprentie. Elle avait cette IMG_5125fougue ! Je suis content qu’elle réussisse dans ce qu’elle entreprend. Elle sait saisir les opportunités». Quand l’occasion s’est présentée justement d’acquérir son premier salon à Castelmoron-sur-Lot, la brunette n’a pas hésité à se lancer dans l’aventure. Et la voilà devenue propriétaire à 20 ans ! «J’ai bien remonté le chiffre d’affaires, mais je voulais revenir sur Marmande, où j’habite depuis une quinzaine d’années. Fin 2014, on m’a fait une proposition de rachat, j’ai accepté et repris le salon d‘Isabelle dans la foulée». Entre les deux femmes, la transition s’est déroulée en toute harmonie. «Tout le monde me demande des nouvelles d’Isabelle. On s’entend très bien. Elle me remplacera quand je partirai en vacances. Elle m’a laissé des notes sur les couleurs des clientes par exemple. Du coup, les gens se sentent rassurés».

IMG_5122
Le blogueur préfère avoir les cheveux rasés !

Alexandra n’est pas du genre à s’endormir sur ses lauriers. «Côté dames, je vais suivre une formation maquillage pour pouvoir en proposer ensuite au Figaro. J’ai aussi fait une formation de barbier. La barbe revient à la mode. Je vais en profiter pour refaire la déco de la partie hommes, j’aimerais qu’elle fasse trèsIMG_5126 vintage». L’autre actualité du salon concerne l’arrivée d’une apprentie pour un CAP pendant deux ans. Car pour Alexandra, il est important de transmettre sa passion du métier. «Quand je rentre chez moi le soir, je continue de penser au travail, à ce que je pourrais faire pour m’améliorer. Je me tiens informée des nouveaux produits, des dernières techniques. Je veux rester dans le mouvement, dans l’air du temps».

NB- En avril 2016, Alexandra a fermé le salon pour ouvrir avec Nicolas Zanette Atelier&Co.

Nicolas Michel.

Pierre de Lune : le bien-être avant tout

IMG_4761«Dehors le stress !». Ce panonceau en vente dans le magasin résume à la perfection l’esprit des lieux. Sa propriétaire, Annick Cornaggia, était employée dans un cabinet d’avocats avant d’opérer un changement de vie radical. En 2000, elle a ouvert une boutique ésotérique, Pierre de Lune. L’emplacement, en plein centre-ville, lui a immédiatement plu. Situé dans le virage de la rue Toupinerie, le commerce bénéficie en effet d’une belle visibilité avec son élégante façade bordeaux et jaune.

IMG_4764Jeux de tarot, bâtons d’encens, coussins de relaxation, statuettes bouddhistes, bols tibétains… Parmi tous les articles proposés, on trouve une large variété de roches et de cristaux, dont les couleurs irisées accrochent assurément le regard. IMG_4760Car Annick possède une spécialité : la lithothérapie. Cette médecine douce associe aux pierres différentes vertus, protectrices ou curatives, même si Annick se défend de remplacer un docteur. «Les gens reconnaissent de plus en plus les vertus des pierres», assure-t-elle. «Celles que je vends le mieux sont destinées à lutter contre le stress. L’améthyste, par exemple, aide à chasser l’angoisse, l’anxiété. Pour gagner de la confiance en soi, il existe l’oeil de fer, un mélange de trois pierres, jaspe, hématite et œil de tigre».

IMG_4765
Annick derrière le comptoir de sa boutique

Depuis le début de l’année, Annick s’investit dans un projet d’envergure : l’organisation d’un salon du bien-être et de la voyance, qui se tiendra les samedi et dimanche 19 et 20 septembre 2015, salle de la Manoque à Tonneins. «L’entrée coûtera 2 euros par personne et la moitié de la recette ira à l’ASAM, l’Association du Sport Adapté Marmandais et sa maison L‘Arc en Ciel» (http://asam47.fr/). L’événement a été pensé de telle manière à permettre au public de découvrir un maximum de disciplines. Les visiteurs pourront aller à la rencontre aussi bien de magnétiseurs, naturopathes, réflexologues, astrologues, que de coaches en relooking ou en développement personnel. «J’espère que les Marmandais trouveront au cours de cette journée du bien-vivre et de la chaleur, qu’ils se disent avoir passé un bon moment en rentrant chez eux le soir». Une chose reste certaine : l’énergie positive d’Annick ne manquera pas d’imprégner ce salon.

Nicolas Michel