Ouverture du salon de coiffure Atelier&Co

IMG_8014

« Regard sur Marmande » vous avait annoncé son ouverture il y a plusieurs semaines déjà. Découvrez les photos du nouveau salon de coiffure Atelier&co, Avenue du Maréchal Foch, né de l’association entre Nicolas Zanette (anciennement Z’n Coif) et Alexandra Bosquet (ex-Au Figaro). Le blog leur souhaite une heureuse réussite.

L’entrée donne tout de suite la pleine mesure du nouvel environnement de travail de Nicolas et Alexandra, à la fois spacieux et lumineux, dans des tons agréables à l’oeil.

 

On retrouve la notion d’espace pour les places de coiffage dames.

 

Des verrières délimitent les différentes sections du salon sans pour autant casser l’impression de volume.

 

Les bacs à shampoing pour les dames jouent la carte du confort.

 

Les messieurs sont aussi à leur aise dans le coin qui leur est réservé.

Nicolas Michel.

Publicités

Atelier&Co, quand deux salons de coiffure fusionnent…

L’union fait la force, dit-on toujours. Deux salons de coiffure très appréciés des Marmandais, Z’N Coif de Nicolas Zanette et Au Figaro d’Alexandra Bosquet, ont décidé de mettre l’adage en application. Pour se donner un nouvel élan, les deux commerces vont se fondre à compter du 5 avril 2016 dans un grand local au 4 Avenue du Maréchal Foch. Nicolas nous confie en avant-première les coulisses de la naissance du futur salon baptisé Atelier&Co.

Pouvez-vous nous résumer votre parcours en coiffure ?

J’ai fait mes premières armes dans le salon où je travaille actuellement. Puis je suis resté 10 ans chez Marie Fau, rue de la Libération. J’ai connu un incident de parcours, une fracture du tibia-péroné, qui m’a obligé à arrêter mon métier pendant presque un an. Après cela, j’ai recommencé à travailler en intérim à Casteljaloux. Puis je suis revenu sur Marmande à nouveau dans ce salon de l’Ilôt des 9 Fontaines, dont je suis devenu le responsable.

Et vous vous apprêtez maintenant à franchir une nouvelle étape…

Oui, j’ai décidé d’avoir mon propre local en tant que propriétaire. L’opportunité s’est présentée en décembre 2014 d’acheter l’immeuble du 4 Avenue du Maréchal Foch, avec deux appartements et un local commercial qui était un magasin de fleurs autrefois. Je me suis IMG_7390lancé ce nouveau challenge de changer de lieu, d’être chez moi. Je partais dans l’idée de m’installer là-bas tout seul, jusqu’au jour où Alexandra Bosquet, ma première apprentie, avec laquelle j’ai travaillé cinq ans, m’a appelé et m’a proposé que l’on s’associe. J’ai pesé le pour et le contre et je me suis rendu compte qu’en s’unissant, on ne prenait pas davantage de risques qu’en restant une entreprise individuelle. Ce n’est pas évident de s’associer avec quelqu’un, il faut bien connaître la personne. C’est le cas avec Alexandra. Elle va m’amener une technique peut-être plus fraîche, avec un regard plus jeune. Moi, je lui apporterai la tranquillité au niveau de la gestion car je suis très carré dans ce domaine. J’ai hâte que les travaux soient terminés, ce sera une belle expérience qui va débuter le 5 avril.

Vous gagnez en superficie ?

J’avais cinquante mètres carrés avec Z’N Coif, nous aurons presque le double là-bas. Nous aurons une très belle surface de travail. Le salon sera présenté en deux parties. D’une part le côté hommes avec un service barbier, ce qui est très tendance. D’autre part le coin des dames, plus intimiste, où il y aura trois places de coiffage et deux places techniques pour tout ce qui concerne les applications de couleurs, les mèches, les permanentes… Les bacs seront cachés derrière une verrière industrielle de manière à ce que les gens profitent vraiment de ce moment de détente. Au niveau de la déco, le métal, le bois et l’eau seront représentés de façon à équilibrer les énergies du salon. Je crois beaucoup au feng shui, je fais très attention à ce que tout soit lié. Je veux que les clients qui entreront se sentent le mieux possible. L’ambiance sera zen et chaleureuse.

Combien serez-vous à travailler dans le nouveau salon ?

Nous serons cinq. Nous associons les deux entreprises avec le personnel qui se trouve actuellement en place. Aurélie, que j’emploie depuis cinq ans, sera du voyage. Nous aurons deux apprenties, Anaïs de Z’N Coif et Justine, qui est au Figaro chez Alexandra. Nos clients ne seront pas dépaysés.

Au premier plan, le futur salon qui donne sur la large avenue du Maréchal Foch, dotée de places de stationnement.

Comment les habitués appréhendent-ils ce changement ?

Les clients se montrent plutôt impatients, dans le sens où le centre-ville connaît un problème de stationnement. Ils auront plus de facilités pour se garer là-bas. Vous trouvez souvent des places libres dans l’avenue du Maréchal Foch. Vous avez même un parking à côté. Et si vous franchissez la ligne de chemin de fer, à cent mètres à peine du salon, le stationnement devient gratuit. Le salon bénéficie d’une belle visibilité avec sa façade en pierres apparentes et ses huit mètres de vitrine, qui attirent l’oeil. On le voit dans n’importe quel sens de circulation. Tout est réuni : l’association, l’emplacement. Je ne vois pas pourquoi l’affaire ne marcherait pas…

Posée sur le comptoir, une tirelire en forme d’appareil photo, témoin de la passion de Nicolas.

Vous êtes un passionné de photographie comme en témoignent les cadres accrochés aux murs de votre salon…

Il y a trois ans, ma femme m’a offert un bel appareil. Du coup, je suis entré au club photo de l’ASPTT Marmande, qui compte une vingtaine de membres. Les adhésions IMG_7386augmentent tous les ans. Mon salon de coiffure sert à exposer nos réalisations au sein du club. Nous avons fait une exposition en décembre dans une salle marmandaise. Vous nous avez d’ailleurs consacré un article. Certaines de ces photos se retrouvent ici et seront également dans le futur salon, puisque j’aurai un mur prévu à cet effet. Nous ferons tourner les photos de mes amis du club. Ce sera une façon de montrer notre passion. Les clients y font attention parce qu’ils me posent toujours des questions sur les photos. Cela permet d’engager une discussion avec eux, même si dans les salons de coiffure on ne manque pas de sujets de conversation (rires)…

Propos recueillis par Nicolas Michel.

Nouvelle tête pour le salon de coiffure Au Figaro

A 23 ans seulement, la pétillante Alexandra a repris en avril 2015 le salon de coiffure Au Figaro rue de la Libération, tenu précédemment par Isabelle. La jeune femme fourmille de projets pour faire évoluer son affaire.

IMG_5127«J’adore mon métier», clame Alexandra avec un grand sourire pour expliquer le dynamisme et la passion que l’on ressent chez elle. «Ma mère allait souvent chez le coiffeur. Je l’accompagnais à chaque fois. J‘adorais l‘odeur quand je rentrais dans le salon et j‘étais fascinée par les coiffures qui étaient réalisées».

Après sa classe de troisième, Alexandra est partie en apprentissage chez Z‘n Coif en ville, du côté des 9 fontaines. «Elle a toujours su ce qu’elle voulait faire», se souvient le patron, Nicolas. «Alexandra a été ma première apprentie. Elle avait cette IMG_5125fougue ! Je suis content qu’elle réussisse dans ce qu’elle entreprend. Elle sait saisir les opportunités». Quand l’occasion s’est présentée justement d’acquérir son premier salon à Castelmoron-sur-Lot, la brunette n’a pas hésité à se lancer dans l’aventure. Et la voilà devenue propriétaire à 20 ans ! «J’ai bien remonté le chiffre d’affaires, mais je voulais revenir sur Marmande, où j’habite depuis une quinzaine d’années. Fin 2014, on m’a fait une proposition de rachat, j’ai accepté et repris le salon d‘Isabelle dans la foulée». Entre les deux femmes, la transition s’est déroulée en toute harmonie. «Tout le monde me demande des nouvelles d’Isabelle. On s’entend très bien. Elle me remplacera quand je partirai en vacances. Elle m’a laissé des notes sur les couleurs des clientes par exemple. Du coup, les gens se sentent rassurés».

IMG_5122
Le blogueur préfère avoir les cheveux rasés !

Alexandra n’est pas du genre à s’endormir sur ses lauriers. «Côté dames, je vais suivre une formation maquillage pour pouvoir en proposer ensuite au Figaro. J’ai aussi fait une formation de barbier. La barbe revient à la mode. Je vais en profiter pour refaire la déco de la partie hommes, j’aimerais qu’elle fasse trèsIMG_5126 vintage». L’autre actualité du salon concerne l’arrivée d’une apprentie pour un CAP pendant deux ans. Car pour Alexandra, il est important de transmettre sa passion du métier. «Quand je rentre chez moi le soir, je continue de penser au travail, à ce que je pourrais faire pour m’améliorer. Je me tiens informée des nouveaux produits, des dernières techniques. Je veux rester dans le mouvement, dans l’air du temps».

NB- En avril 2016, Alexandra a fermé le salon pour ouvrir avec Nicolas Zanette Atelier&Co.

Nicolas Michel.