Madame s’amuse, pour de nouvelles couleurs rue Toupinerie

boutique-madame-samuse-rue-toupinerie-marmande

Vous souhaitez relooker vos meubles mais vous n’êtes pas vraiment bricoleur dans l’âme ? La boutique « Madame s’amuse » vous propose une solution simple et efficace : les peintures Annie Sloan Chalk Paint à application directe.

Stéphane et Martine (à gauche) dans leur boutique.

La belle aventure de Madame s’amuse n’a pas débuté à Marmande mais à Meilhan, où la charmante Martine a ouvert en 2015 un atelier d’artiste et de rénovation de meubles dans une belle bâtisse à deux pas du tertre. Désireuse d’étendre son activité, elle s’est associée à Stéphane Tujas. Lequel, avec jovialité, parle de « complémentarité » pour définir leur duo. « Martine est plus artiste que moi. Pour ma part, j’ai le sens du commerce. Les deux réunis font que nous avons décidé de travailler ensemble ». Tous deux ont donc investi un local de la Rue Toupinerie (anciennement Epices et Chocolat) pour lancer en décembre 2016 une nouvelle boutique prolongeant l’atelier de Meilhan.

Les couleurs des peintures Annie Sloan ne vous paraîtront jamais ternes.

Leur magasin repose sur un concept, celui des peintures décoratives Annie Sloan Chalk Paint, qui s’appliquent directement sur un meuble sans avoir besoin au préalable de le décaper. Plus de traitement du bois, de sous-couche, de ponçage, pour un gain de temps et d’argent évident. Stéphane l’avoue bien volontiers, il n’est pas forcément un bricoleur émérite et ne tarit pas d’éloges sur la simplicité d’utilisation du produit. « Sans souci, il ne vous reste plus qu’à laisser libre court à votre créativité dans tous les sens ». Martine précise avec sa délicieuse pointe d’accent néerlandais : « Annie Sloan est le nom d’une véritable personne, une artiste anglaise qui a développé elle-même cette formule de interieur-de-la-boutique-madame-samuse-a-marmande-rue-toupineriepeinture et s’est inspirée de sa formation aux Beaux-Arts pour élaborer ses couleurs. Elles ne sont pas uniformes, elles ont beaucoup de profondeur du fait des pigments, des mélanges. Pour foncer une couleur, elle ne met jamais de noir dedans car le noir éteint la couleur, elle va rajouter la couleur complémentaire en plus foncé ». Pour vous apprendre tous les secrets des peintures Annie Sloan, Martine organise d’ailleurs des stages d’initiation à l’utilisation et aux techniques de finition. Renseignez-vous à la boutique.

Suivez l’actualité de Madame s’amuse sur Facebook.

Nicolas Michel

Publicités

Atelier Philippe S, des bijoux de caractère

Philippe Segalas porte un nom de famille qui n’est certainement pas inconnu des Marmandais. Son père a en effet fondé la bijouterie de la Rue Charles de Gaulle. Installé à son compte Place du Marché depuis maintenant neuf ans, Philippe non seulement répare vos bijoux mais crée aussi des pièces incroyablement inspirées.

Philippe, concentré, est à l’ouvrage dans son atelier de la Place du Marché sous les arcades.
Un silex vieux de 300 000 ans utilisé par Philippe.

Parmi les qualités que l’on s’attend à trouver chez un bijoutier, il en est une à laquelle on ne pense pas forcément, alors que Philippe y est très attaché : l’imagination. Et visiblement, notre artisan n’en manque pas ! Il suffit de feuilleter les albums photos de ses créations pour s’en rendre compte aussitôt. On reste admiratif par exemple devant une bague surmontée d’une tête de cheval, aux détails impressionnants. Une autre prend la forme originale d’une tour de château fort, garnie d’une pierre de lune. Ici, un fragment de météorite a été monté en pendentif. Là, un silex a été taillé en coeur. « J’essaie toujours de me démarquer », explique Philippe. « Mes fabrications prennent des formes spéciales et sont réalisées avec des pierres peu communes. Mon but est de créer à chaque fois un bijou unique, qui possède une âme. Mes créations originales sont uniquement en argent. Pour les commandes des clients, ils viennent avec une photo ou un croquis de ce qu’ils veulent et je travaille avec l’or qu’ils m’apportent. Ainsi ils ne paient que la façon. S’ils n’ont pas d’or, je le fournis bien sûr. Mais je n’en stocke pas au magasin ».

L’ECOLE DE LA MINUTIE

Philippe a toujours su qu’il voulait exercer ce beau métier. « Avec mon père horloger, je suis né aux rythmes et aux sons des coucous, des carillons et des comtoises ». Enfant, sa passion pour les maquettes et les modèles réduits lui a montré la voie de la patience et de la précision. Formé à la fin des années 1970 à l’école des métiers d’art bijouterie-joaillerie de Valence dans la Drôme, il a ensuite trouvé une place d’apprenti à Agen, avant de travailler finalement avec son père, qui a monté le premier atelier de bijouterie à Marmande. Une ville que Philippe aime profondément. « J’y suis né. J’ai passé quasiment toute ma vie au Canton ». Et d’ajouter : « Je suis très attaché au quartier du marché. C’est un endroit magnifique, chargé d’histoire, et qui malheureusement souffre beaucoup. Le projet de rénovation de la municipalité est beau sur le papier, mais il faut attendre de voir le résultat ».

LA TRANSMISSION DE LA MEMOIRE

Que les bijoux traversent les générations : voilà ce qui touche Philippe par-dessus tout dans son activité ! « Des gens m’apportent les bijoux de leurs aïeuls, qui ont une grande valeur sentimentale, pour qu’ils retrouvent leur état d’origine. Certains préfèrent que je les mette au goût du jour, que je leur donne une seconde vie. C’est émouvant pour moi de me dire que je vais remettre en état des pièces qui ont été fabriquées dans les années 1800 et 1900, et que le bijou est toujours là en 2016 ». Ainsi a-t-il conscience qu’à travers les héritages de famille, les personnes lui confient un peu de leur vie. Là réside finalement la poésie d’un artisanat qui se doit lui aussi de perdurer à Marmande…

Contactez l’atelier Philippe S. au 05 53 88 77 90.

Retrouvez aussi les créations de Philippe sur sa page Facebook.

Nicolas Michel.