L’Assad prépare le futur de l’aide à domicile

Depuis un demi-siècle, l’Assad de Marmande propose une vaste gamme de services d’aide à la personne. L’association entend bien profiter de son cinquantième anniversaire pour entrer dans une nouvelle ère de visibilité et d’efficacité.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Avec ses soixante-dix salariés de terrain (aides à domicile, assistantes et auxiliaires de vie), l’Assad a totalisé 108 334 heures de travail en 2015 chez plus de 700 usagers. Et pourtant, la population marmandaise ne connaît pas forcément l’étendue de ses services ou la cantonne à l’usage des personnes du troisième âge. Comme le précise Damien Teyssandier, l’un des responsables administratifs : « Aujourd’hui, nous essayons d’élargir le plus possible notre coeur de cible au-delà des seniors, afin que les actifs et les jeunes retraités puissent profiter également de nos services à domicile, pour la qualité de vie. Si Madame attend un enfant ou si Monsieur s’est cassé une jambe, ils peuvent très bien faire appel à nous ». Tondre votre gazon, monter des meubles, nettoyer vos vitres, faire du repassage, relever votre courrier ou nourrir votre animal de compagnie en votre absence… L’offre proposée se révèle conséquente. « Nous faisons en sorte de soulager les gens des tâches qui leur causent du souci ou qui leur font perdre trop de temps », conclut Damien.

UN NOUVEL ELAN

Fêter ses 50 ans d’existence n’a rien d’anodin. A cette occasion, l’association a entrepris de se redynamiser. D’une part, elle a décidé de gagner en visibilité en habillant la façade et l’entrée de ses locaux rue Charles de Gaulle, jusqu’alors assez neutres, mais aussi en multipliant les opérations de communication. Surtout, elle organise le mardi 21 juin 2016 à la Cité de la Formation de Marmande la première édition des Rendez-vous du social. « Pour nos 50 ans, nous voulions lancer une table ronde annuelle », explique Damien. « Nous choisirons à chaque fois un sujet qui nous a posé problème au cours de l’année et nous en discuterons avec tous les intervenants du secteur médico-social. La synthèse amènera peut-être des réponses. Elle permettra en tout cas de dégager des pistes de réflexion qui nous semblent vitales pour soutenir la personne âgée ».

L’accueil des locaux de la Rue Charles de Gaulle.

L’AIDE A DOMICILE DE DEMAIN

Le premier thème retenu pour ces Rendez-vous du social est le maintien à domicile. La saturation et le coût des maisons de retraite posent en effet question au regard de l’allongement de la durée de vie et du vieillissement de la population. Face à cette problématique, véritable enjeu de société, l’Assad prépare sa solution avec le concours d’une société d’ingénierie bordelaise : retarder le plus longtemps possible le départ d’une personne en EHPAD en offrant la même assurance de sécurité à son domicile grâce à la domotique, ce canevas de technologies, d’électronique et d’informatique qui permet de contrôler son environnement. « Nous souhaitons que les gens restent le plus longtemps possible dans leurs meubles, dans leur histoire, car ils ont bien souvent tant de souvenirs attachés à leur maison », constate Damien. « Nous estimons pouvoir retarder le placement de quelqu’un en EHPAD de trois à cinq ans à l’aide de tout un système de caméras connectées, de capteurs de mouvements ou de chutes via une interface domotique très simple lui permettant de commander à distance la fermeture ou l’ouverture de ses volets, allumer ou éteindre les lumières de la maison, baisser ou monter le chauffage. Des commandes auxquelles la famille aura également accès à distance ».

C’est un défi de taille que l’Assad entend aujourd’hui relever – et gagner ! – dans un univers de plus en plus connecté, où évolue une nouvelle génération de seniors.

Nicolas Michel.

Publicités