Cultivons notre jardin littéraire !

Après une édition 2016 inaugurale qui avait conquis les visiteurs, le salon « Lire au Jardin » – dont l’affiche pleine d’humour est signée Loïc Riva –  investit à nouveau le week-end des 10 et 11 juin les magnifiques espaces de la « Jardinerie Jay ». Avec la présence attendue de près de trente auteurs, le programme s’annonce varié et attrayant, comme nous l’explique l’un des organisateurs, Antoine Le Chevallier, de la librairie « Libellule ».

Quel bilan avez-vous tiré du lancement de ce salon l’année dernière ?

Hubert Ben Kemoun

La première édition avait été préparée très rapidement. Du coup, nous n’étions pas complètement conformes à notre ambition de départ, à savoir un salon généraliste sur le modèle de ce que nous faisons à Fourques avec « La BD est dans le Pré ». Cette année, nous allons franchir une étape. Nous allons nous appuyer sur un travail au niveau des écoles et des bibliothèques, ce qui me semble indispensable pour ce genre d’événement. Nous aurons la venue d’un très grand auteur jeunesse, Hubert Ben Kemoun, qui va se rendre les jours précédant le salon dans des classes à Couthures-sur-Garonne, Calonges, Sainte-Marthe, Herriot. C’est déjà une grande satisfaction. Nous avons développé un partenariat avec le festival concomitant « Saveurs des Mots » à Meilhan. Nous avons créé des passerelles entre les deux manifestations. Par exemple, le samedi 10 juin, je vais emmener les auteurs qui auront été présents dans la journée à « Lire au Jardin » aux concerts du samedi soir à Meilhan. Nos manifestations sont parfaitement complémentaires et je me réjouis des liens qui existent entre nous. Nous sommes encore un petit salon. Mais nous progressons petit à petit.

Quel rôle aimeriez-vous que joue votre salon ? 

Vous savez, je serais heureux s’il pouvait contribuer à remettre les livres au coeur de la culture. Le livre s’adresse à tous les publics, vous pouvez l’emporter partout avec vous. On est beaucoup plus proche de l’écrit au quotidien qu’on ne le pense ! C’est capital pour moi de défendre l’importance de la place du livre dans le domaine culturel de notre territoire.

Avez-vous un parrain pour l’édition 2017 ?

Pierre Bordage, qui est l’un des plus grands auteurs français de science-fiction, avait parrainé notre lancement. Nous sommes très contents et fiers qu’il ait accepté cette année encore d’être notre parrain. C’est quelqu’un d’adorable.

Les Jardins de Beauchamp dans la Jardinerie Jay : un sublime cadre paisible.

A quoi peuvent s’attendre les visiteurs qui se rendront au salon ?

Nous aurons vingt-huit auteurs de tous genres, jeunesse, roman du terroir et historique, policier, essai, fantastique… La thématique reste la même que celle de « La BD est dans le Pré » : paysages, Nature et terroir. Pour en parler, nous prenons place dans un endroit absolument idyllique, comme l’an dernier : la « Jardinerie Jay ». J’en profite pour les remercier à nouveau de nous accueillir encore gracieusement, sous couvert d’une de leurs magnifiques verrières. De nombreux auteurs locaux et Aquitains seront présents. La littérature jeunesse sera bien représentée, pour tous les âges, y compris les jeunes adultes… On se lance aussi dans une visite musicale des Jardins de Beauchamp avec une violoniste. C’est une raison supplémentaire de vous déplacer ce week-end des 10 et 11 juin, pour rencontrer énormément d’écrivains différents mais aussi visiter ces lieux magnifiques situés dans l’enceinte de la « Jardinerie Jay »…

Propos recueillis par Nicolas Michel.

Publicités

Salon du Chocolat, édition 2016

numeriserPour sa 9ème saison, le Salon du Chocolat de Marmande a de nouveau tenu ses délicieuses promesses ; les gourmands ne me contrediront certainement pas !

Impossible d’imaginer le Salon du Chocolat de Marmande sans la présence de la bien connue Pâtisserie Lancuentre de la Rue de la Libération !

 

Les boutiques marmandaises étaient également représentées par le magasin Leonidas de la Rue Toupinerie.

 

Nos voisins de Duras, la maison Guinguet, n’avait pas manqué de faire le déplacement.

 

Les fameuses langues de chat au chocolat de la maison Guinguet, diversement aromatisées.

 

La chocolaterie Brossard de La Réole avait amené quant à elle ses appétissantes Pommes d’Amour et ses chocolats du monde entier.

 

9eme-salon-du-chocolat-a-marmande-la-pitchouli
Même le Pays basque et ses spécialités s’étaient donnés rendez-vous au Salon…

 

Qui a dit que chiens et chats n’étaient pas capables de s’entendre ?!

 

Acheter des plaques de chocolat en vrac aux différents parfums, même les plus surprenants parfois, demeure l’un des grands plaisirs de ce Salon.

 

Les fontaines à chocolat, avec des morceaux de fruits à tremper dedans, ont tourné à plein régime.

 

Créations pleine d’originalité de la chocolaterie La Grange aux Truffes de Padirac, qui s’est aussi distinguée par… ses zizis en chocolat !

 

9eme-salon-du-chocolat-de-marmande-1er-prix-du-concours
Après les deux têtes de cheval de l’année dernière, le premier prix de la tombola organisée par le Kiwanis Club de Marmande consistait cette fois en une superbe corne d’abondance de 8 kilos.

Nicolas Michel.

Un salon qui fait du bien…

13615460_1070501649704094_7459150882015113798_n 2

Du bien-être, on n’en a jamais assez ! Alors, une occasion de faire le plein ne se refuse pas. Annick Cornaggia, de la boutique marmandaise de lithothérapie Pierre de Lune, organise le week-end du 17 et 18 septembre à Tonneins la deuxième édition d’un salon où vous trouverez mille et une recettes pour vivre mieux. 

Si vous vous lancez à nouveau, c’est que la première édition a bien fonctionné ?

Il y a eu une excellente ambiance, très familiale. La majorité des exposants de l’année dernière reviennent pour cette deuxième édition, parce qu’ils ont été enchantés. Certains m’ont dit que récemment encore, ils avaient eu des retours de ce salon. Ils sont contents de se faire connaître. Notre animateur sera à nouveau présent lui aussi, Patrick Dembreville de VIP Concept. Il m’apporte son aide de main de maître. Il présente les IMG_9323exposants, il gère le temps des conférenciers… Je ne suis pas toute seule derrière cet événement. C’est un travail d’équipe. Vous avez une vraie solidarité.

Vous êtes quand même l’âme de ce salon…

Oui, c’est mon bébé (rires). Mais il faut bien comprendre que tout ce que j’entreprends, je ne le fais pas pour moi, pour être reconnue. Comme on dit : suivez votre conscience et pas votre réputation ! J’agis dans l’intérêt des gens. Quand je sens la détresse de quelqu’un, je fonce ! Parfois, cela me fait faire des bêtises. En tout cas, mes actions ne se situent jamais sur le plan politique mais humain.

13615460_1070501649704094_7459150882015113798_nL’édition 2016 a-t-elle été plus facile à monter que la précédente ?

Ça reste facile, quand on y mets toute son énergie ! L’année dernière, l’aspect le moins agréable concernait les exposants qui devaient participer avant de se désengager au dernier moment. Je n’avais pas vraiment demandé d’acompte. Ce premier salon, j’avais voulu le faire à l’Espace Expo de Marmande. Mais l’endroit était immense par rapport à notre petit nombre d’exposants. Je souhaitais un lieu plus intime. J’avais finalement choisi la salle de la Manoque à Tonneins. Elle est parfaitement adaptée à notre événement. Il faut la voir, elle est magnifique avec ses baies vitrées, elle plaît à tout le monde. Nous avons développé un partenariat avec la ville. Le maire, Dante Rinaudo, m’aide beaucoup. Il a envie que l’événement soit pérénisé. Je ne suis pas loin de la retraite, mais je continuerai l’aventure quand même de toute façon.

Quelles seront les nouveautés cette année ?

S’il ne pleut pas, je voudrais que certaines activités soient pratiquées en extérieur, comme le yoga du rire, car le lieu s’y prête avec la pelouse autour de la salle. A la place des sandwiches de l’année dernière, vous trouverez une restauration bio, avec des salades, des wraps garnis aux légumes, des glaces… Il y aura de la bière et des vins bio également. Une tombola gratuite sera organisée. Chaque exposant offrira quelque chose. L’entrée n’a pas augmenté. Elle coûte toujours 2 euros et 1 euro sera une fois encore reversé à la maison Arc en Ciel de l’Association du Sport Adapté Marmandais.

Avis aux exposants, quelques places sont encore disponibles. Si vous êtes intéressés, contactez Annick au 06 70 57 75 74.

Propos recueillis par Nicolas Michel.

4 bonnes raisons d’aller au Salon du livre de Marmande, Lire au Jardin

Numériser 2

Le week-end du 11 et 12 juin 2016 se tient à la Jardinerie Jay la première édition d’un salon du livre pas comme les autres, en phase avec la ruralité de notre territoire. Pour vous convaincre d’aller y faire un tour, le blog vous livre ses arguments…

L’affiche imaginée par le Marmandais Loïc Riva.

1- Parce que Lire au Jardin émane d’un autre festival que l’on adore.

Lire au Jardin est organisé par l’association Kit Culture, qui a été créée en 2013 pour monter des manifestations culturelles, dont La BD est dans le Pré. Derrière le projet, nous retrouvons Antoine Le Chevallier de la librairie marmandaise Libellule. « Dès la première édition de La BD est dans le Préj’avais pensé qu’il serait bien de compléter l’offre par un autre festival concernant la littérature jeunesse et adulte », raconte-t-il. « L’idée a fait lentement son chemin jusqu’à connaître un coup d’accélérateur ces derniers mois ». Dans un souci de cohérence, la thématique de ce salon reprend celle de La BD est dans le Pré, terroir, nature et paysages, développée cette fois à l’ensemble de la littérature.

_DSC00762- Parce qu’il se déroule dans un endroit aussi inattendu que superbe.

Un salon du livre au beau milieu d’une pépinière ? Le concept ne manque pas d’originalité. « Qui n’a pas au niveau du Marmandais dans son jardin une plante issue de la Jardinerie Jay ? », constate Antoine avec un sourire. Pour un événement où la Nature occupe une place prépondérante, un tel lieu porte en lui quelque chose de symbolique. La Jardinerie Jay est connue déjà pour être tournée vers les manifestations culturelles, en organisant des expositions de peinture et des concerts. C’est sous une grande serre qu’auront lieu les rencontres et les séances de dédicaces avec les auteurs. A cette occasion, l’entrée dans les sublimes Jardins de Beauchamp adjacents sera baissée à 3 euros et sera libre pour les moins de 12 ans. Le festival, lui, reste gratuit.

Les Jardins de Beauchamp, un cadre idyllique à visiter en marge de l’événement.

IMG_74513- Parce qu’il a pour prestigieux parrain Pierre Bordage.

On ne présente plus l’un des plus grands auteurs français de science-fiction ! Pierre Bordage avait déjà participé cette année à Fourques à La BD est dans le Pré« C’est magnifique d’avoir un parrain de cette envergure », s’enthousiasme Antoine. « Il a répondu présent tout de suite. C’est un homme charmant, très ouvert, avec lequel nous avons un excellent contact ».

4- Parce qu’il met à l’honneur le Marmandais et la région.

Tout en laissant la manifestation ouverte sur le monde, les organisateurs avaient à coeur de l’inscrire dans notre territoire. Cette première édition de Lire au Jardin fait ainsi la part belle aux auteurs chronique-du-patrimoine-ferroviaire-en-lot-et-garonne-entre-guyenne-perigord-gascogne-et-quercy-9782813808998_0locaux et aux éditeurs d’Aquitaine. Damien Follet, par exemple, présentera sa Chronique du patrimoine ferroviaire en Lot-et-Garonne. Infirmière spécialisée en pédopsychiatrie à l’hôpital de Marmande, Khédidja Sabeg-Hamssi parlera de son ouvrage Comment accompagner la souffrance psychique. Essais, mais aussi romans historiques, du terroir, policiers ou encore de science-fiction : le salon offre un très large panel de genres et de thématiques aussi bien adulte que jeunesse, de sorte que chacun devrait y trouver son compte. La liste des participants, plus d’une vingtaine en tout, peut être consultée sur le site internet de la manifestation : http://www.salondulivre-marmande.fr.

Nicolas Michel.

Les délices du 8ème Salon du Chocolat de Marmande

 

IMG_6950
Le stand de la pâtisserie Lancuentre de la Rue de la Libération.

 

IMG_6941
Un large choix de tablettes pour tous les goûts.

 

IMG_6930
Des carrés de chocolat confectionnés sur place par Sophie.

 

IMG_6936
Dégustation de fruits trempés dans l’une des trois fontaines de chocolat.

 

IMG_6935
L’une des robes en chocolat du défilé de mode (réalisation de la pâtisserie Lancuentre).

 

IMG_6927
Le stand tenu par la librairie du Gang de la Clef à Molette, qui s’est décarcassée pour trouver mille et un ouvrages sur le thème du chocolat.

 

IMG_6956
Il y avait foule devant l’étal de la boutique Leonidas de la Rue Toupinerie.

 

IMG_6932
Le prix de l’élégance revient aux jeunes ambassadeurs de la chocolaterie L’Etalon Noir.

 

IMG_6945
Faites votre choix !

 

IMG_6928
Les deux têtes de cheval d’une quinzaine de kilos chacune, prix de la tombola organisée par le Kiwanis Club de Marmande.

 

IMG_6964
Votre ami blogueur, gourmand avéré, n’est pas rentré du salon les mains vides…

Nicolas Michel

Nouvelle tête pour le salon de coiffure Au Figaro

A 23 ans seulement, la pétillante Alexandra a repris en avril 2015 le salon de coiffure Au Figaro rue de la Libération, tenu précédemment par Isabelle. La jeune femme fourmille de projets pour faire évoluer son affaire.

IMG_5127«J’adore mon métier», clame Alexandra avec un grand sourire pour expliquer le dynamisme et la passion que l’on ressent chez elle. «Ma mère allait souvent chez le coiffeur. Je l’accompagnais à chaque fois. J‘adorais l‘odeur quand je rentrais dans le salon et j‘étais fascinée par les coiffures qui étaient réalisées».

Après sa classe de troisième, Alexandra est partie en apprentissage chez Z‘n Coif en ville, du côté des 9 fontaines. «Elle a toujours su ce qu’elle voulait faire», se souvient le patron, Nicolas. «Alexandra a été ma première apprentie. Elle avait cette IMG_5125fougue ! Je suis content qu’elle réussisse dans ce qu’elle entreprend. Elle sait saisir les opportunités». Quand l’occasion s’est présentée justement d’acquérir son premier salon à Castelmoron-sur-Lot, la brunette n’a pas hésité à se lancer dans l’aventure. Et la voilà devenue propriétaire à 20 ans ! «J’ai bien remonté le chiffre d’affaires, mais je voulais revenir sur Marmande, où j’habite depuis une quinzaine d’années. Fin 2014, on m’a fait une proposition de rachat, j’ai accepté et repris le salon d‘Isabelle dans la foulée». Entre les deux femmes, la transition s’est déroulée en toute harmonie. «Tout le monde me demande des nouvelles d’Isabelle. On s’entend très bien. Elle me remplacera quand je partirai en vacances. Elle m’a laissé des notes sur les couleurs des clientes par exemple. Du coup, les gens se sentent rassurés».

IMG_5122
Le blogueur préfère avoir les cheveux rasés !

Alexandra n’est pas du genre à s’endormir sur ses lauriers. «Côté dames, je vais suivre une formation maquillage pour pouvoir en proposer ensuite au Figaro. J’ai aussi fait une formation de barbier. La barbe revient à la mode. Je vais en profiter pour refaire la déco de la partie hommes, j’aimerais qu’elle fasse trèsIMG_5126 vintage». L’autre actualité du salon concerne l’arrivée d’une apprentie pour un CAP pendant deux ans. Car pour Alexandra, il est important de transmettre sa passion du métier. «Quand je rentre chez moi le soir, je continue de penser au travail, à ce que je pourrais faire pour m’améliorer. Je me tiens informée des nouveaux produits, des dernières techniques. Je veux rester dans le mouvement, dans l’air du temps».

NB- En avril 2016, Alexandra a fermé le salon pour ouvrir avec Nicolas Zanette Atelier&Co.

Nicolas Michel.

Pierre de Lune : le bien-être avant tout

IMG_4761«Dehors le stress !». Ce panonceau en vente dans le magasin résume à la perfection l’esprit des lieux. Sa propriétaire, Annick Cornaggia, était employée dans un cabinet d’avocats avant d’opérer un changement de vie radical. En 2000, elle a ouvert une boutique ésotérique, Pierre de Lune. L’emplacement, en plein centre-ville, lui a immédiatement plu. Situé dans le virage de la rue Toupinerie, le commerce bénéficie en effet d’une belle visibilité avec son élégante façade bordeaux et jaune.

IMG_4764Jeux de tarot, bâtons d’encens, coussins de relaxation, statuettes bouddhistes, bols tibétains… Parmi tous les articles proposés, on trouve une large variété de roches et de cristaux, dont les couleurs irisées accrochent assurément le regard. IMG_4760Car Annick possède une spécialité : la lithothérapie. Cette médecine douce associe aux pierres différentes vertus, protectrices ou curatives, même si Annick se défend de remplacer un docteur. «Les gens reconnaissent de plus en plus les vertus des pierres», assure-t-elle. «Celles que je vends le mieux sont destinées à lutter contre le stress. L’améthyste, par exemple, aide à chasser l’angoisse, l’anxiété. Pour gagner de la confiance en soi, il existe l’oeil de fer, un mélange de trois pierres, jaspe, hématite et œil de tigre».

IMG_4765
Annick derrière le comptoir de sa boutique

Depuis le début de l’année, Annick s’investit dans un projet d’envergure : l’organisation d’un salon du bien-être et de la voyance, qui se tiendra les samedi et dimanche 19 et 20 septembre 2015, salle de la Manoque à Tonneins. «L’entrée coûtera 2 euros par personne et la moitié de la recette ira à l’ASAM, l’Association du Sport Adapté Marmandais et sa maison L‘Arc en Ciel» (http://asam47.fr/). L’événement a été pensé de telle manière à permettre au public de découvrir un maximum de disciplines. Les visiteurs pourront aller à la rencontre aussi bien de magnétiseurs, naturopathes, réflexologues, astrologues, que de coaches en relooking ou en développement personnel. «J’espère que les Marmandais trouveront au cours de cette journée du bien-vivre et de la chaleur, qu’ils se disent avoir passé un bon moment en rentrant chez eux le soir». Une chose reste certaine : l’énergie positive d’Annick ne manquera pas d’imprégner ce salon.

Nicolas Michel