La Cerisaie, un lieu où vit la culture

En plein centre-ville, rue des Adouberies, une belle demeure familiale a trouvé une seconde vie en devenant un lieu de création artistique : « La cerisaie ». L’initiative a été lancée par deux amis de 26 et 22 ans, Paul et Fabien, qui s’accomplissent pleinement à travers ce projet ambitieux. 

Fabien (à gauche) et Paul à l’entrée de « La Cerisaie », qui totalise 800m2 avec jardin, cave et un immense grenier.

Paul Reulet, comédien, a passé 6 ans à Paris, avant de revenir à Marmande avec une ambition : transformer la maison familiale en une résidence d’artistes. « Quand en juin 2016 j’ai retrouvé Fabien, que je connaissais depuis une quinzaine d’années, je lui ai parlé de mon idée », raconte-t-il. « On s’est rendu compte que nous pouvions coupler nos envies et nos compétences, moi dans le théâtre et lui dans la musique électronique, pour apporter une offre culturelle plus dense. A partir de là, une synergie s’est très vite mise en place ».

Bienvenue à « La Cerisaie » !

Le jeune homme nourrit des sentiments forts pour la maison de son enfance. « Je n’avais pas envie de la vendre, ni d’attendre qu’elle tombe en ruine. J’avais le désir d’exploiter son potentiel ». Ainsi est née « La Cerisaie », baptisée d’après la pièce de Tchekhov. Un endroit dédié à l’organisation d’événements théâtraux et musicaux mais pas seulement ! « Vu que le lieu est assez exceptionnel, on veut en faire profiter les autres associations sur Marmande », précise Fabien. « Il faut que les gens, les initiatives différentes, s’y croisent ». Les deux compères ont ainsi déjà invité Julie (du salon de tatouage INKcarnation) à venir montrer ses talents en pole dance. Au moment de l’édition 2017 du Garorock, marquée par la pluie et la boue, ils ont organisé des après-midis électro. « Les festivaliers en profitaient pour se mettre au sec », se souvient Paul. « Ils pouvaient se reposer sur les canapés, recharger leur téléphone »… Et Fabien d’ajouter : « Beaucoup dansaient. Ils s’éloignaient des tumultes du festival tout en restant dans une ambiance festive, cohérente avec ce qui se passait sur la plaine de La Filhole ». Tout l’esprit de partage de « La Cerisaie » est résumé là.

Les deux complices dans la bibliothèque, une des pièces qui contribuent à forger la personnalité de « La Cerisaie ».

Une maison avec une âme

Lorsque l’on visite la bâtisse, il est facile de se laisser happer par l’atmosphère des pièces, de ressentir leur vécu. La maison possède une personnalité marquée mais qui ne vous étouffe pas. Elle reste au contraire accueillante et déborde d’énergie créative, à l’image de ses occupants. L’Art est présent partout, s’affichant sur les murs au gré des expos.

En 2018, « La Cerisaie » entrera dans une nouvelle phase. Des travaux sont en effet planifiés en vue d’accueillir des artistes en résidence. Comme l’explique Fabien : « On défend l’idée de proposer des bourses pour que les artistes puissent venir ici travailler sur leurs créations. On aimerait en avoir deux par an et par discipline, théâtre et musique électronique. Pour les financer, on va mettre aussi en place un système de résidences payantes où les artistes seront mis à contribution pour disposer d’une chambre, créer au calme, utiliser le matériel. Il est prévu d’aménager au grenier des espaces de travail qui correspondront aux disciplines que l’on défend. Il y aura un studio de DJ qui sera insonorisé et une grande salle de répétition polyvalente pour les comédiens, les danseurs. Cette salle des Arts vivants fera 50m2 avec un beau volume car elle est haute de plafond ».

En attendant, l’association poursuit ses manifestations et commence à s’exporter pour mieux rayonner. Le samedi 18 novembre, elle investira la salle du « 180 » à Sainte-Bazeille pour une soirée DJ animée par Elisa Do Brasil, Neofunkers et Bloc Note. Le mercredi 13 décembre, elle sera à l’IBOAT à Bordeaux. A Marmande aura lieu le dimanche 5 novembre une conférence sur la musique électronique donnée par Martin Mestres, que l’on retrouvera en concert le 30 novembre au cloître en duo avec le musicien britannique Mark Simpson. Côté théâtre, Paul donne des cours tous les mercredis soir au Petit Théâtre. « Voir se concrétiser un projet très personnel comme « La Cerisaie », mûri depuis longtemps, accompagné de gens de confiance et dans une dynamique prolifique fait que je me sens épanoui », conclut-il avec un large sourire.

Et pour ne rien manquer du programme de « La Cerisaie », suivez sa page Facebook.

Nicolas Michel.

Publicités

Photo instantanée : Halloween s’empare de l’Office de Tourisme

Le frisson d’Halloween gagne peu à peu Marmande. En attendant le mardi 31 octobre et les animations prévues en ville, plusieurs commerces ont déjà décoré leur vitrine. L’Office de Tourisme a également procédé à un relooking de circonstance de son magnifique patio, à visiter gratuitement aux heures d’ouverture.

Les sorcières, citrouilles, araignées et autres bestioles d’Halloween ont pris possession du patio.

Nicolas Michel.

Photo instantanée : « grande lessive » place Clemenceau

19 octobre 2017 – C’est devenu une tradition deux fois par an, au printemps et à l’automne. Les enfants des écoles de Marmande ont fait leur « grande lessive ». Ils sont venus accrocher tout autour de la Place Clemenceau leurs dessins sur des cordes avec des pinces à linge. Le thème choisi cette année était « Ma vie vue d’ici… et là ! ». Nos petits artistes ont fait preuve assurément de beaucoup d’imagination. Alors, n’est-elle pas belle la vie à Marmande ?

Un après-midi loisirs au « Gang de la Clef à Molette »

Après des mois de travaux sur la Place du Marché, Anne et Xavier ont relancé les animations qu’ils ont l’habitude d’organiser dans leur librairie Le Gang de la Clef à Molette. Un atelier créatif  piloté par l’auteur Thomas Scotto ouvrait le programme de cet automne.

Thomas Scotto a animé avec humour l’atelier créatif dans un cadre idéal : au milieu des rayonnages de livres du « Gang de la Clef à Molette ».

« On va commencer par une dictée », sourit Thomas Scotto devant les enfants fronçant les sourcils. L’auteur avoue bien vite qu’il plaisante. Ouf ! Les bambins et leurs parents ont été conviés à un moment beaucoup plus ludique qu’une dictée : un atelier créatif pour jouer avec les mots, les images, stimuler l’imagination.

L’idée est partie d’un ouvrage sur lequel Thomas a travaillé, « Dans ma maison », un recueil d’illustrations sur le thème de l’habitation, dont il a écrit les textes. Le livre a été publié par La maison est en carton qui célèbre justement ses 10 ans d’existence et qui a toujours eu sa place au « Gang ». Car Anne et Xavier ont à coeur de défendre les petits éditeurs indépendants.

Thomas se trouvait en résidence d’écriture à Saint-Symphorien (Gironde) au Chalet Mauriac. L’occasion était trop belle de faire venir l’écrivain à Marmande afin qu’il fasse profiter les participants à l’atelier, petits et grands, de son inspiration, de sa poésie. Au final, la séance s’est révélée aussi amusante que chaleureuse.

Thomas Scotto (debout à droite) tournait autour de la table pour suivre les activités des participants.

 

Enfants et adultes étaient invités à choisir une illustration de maison qui leur plaisait et à noter les mots que leur inspirait le dessin. Les résultats étaient parfois surprenants…

Les prochaines animations du « Gang » incluent une rencontre avec Gérard Mordillat le mercredi 15 novembre à 18h30 pour « La tour abolie » chez Albin Michel. Le mardi 21 novembre, la romancière américaine Jean Hegland viendra parler de son livre « Dans la forêt » (éditions Gallmeister).  Le mercredi 29 novembre, ce sera au tour de Pascal Dessaint pour son roman policier « Un homme doit mourir » chez Rivages.

Retrouvez toute l’actualité de la librairie sur sa page Facebook.

Nicolas Michel.

Photo instantanée : nouvel emplacement pour Le Comptoir Gourmand

12 octobre 2017 – Changement de décor pour l’épicerie fine Le Comptoir Gourmand, qui a dit adieu à la rue Charles de Gaulle à la rentrée. C’est dans un local plus cosy au 29 rue Léopold Faye, non loin du théâtre Comoedia, que Marie-Hélène propose désormais ses produits italiens, espagnols et français, pâtes, charcuterie, chocolats et autres douceurs gustatives.

L’espace du Comptoir Gourmand, joliment aménagé, est ouvert du mardi au samedi de 10h à 12h15 et de 14h30 à 18h30.

Nicolas Michel.

Trois lycéens avec la tête dans les étoiles

Nicolas, Florent et Martin, qui préparent au lycée Val de Garonne leur bac SSI (Scientifique Sciences de l’Ingénieur), ont participé à un concours international sur le thème de l’espace. Leur rêve aujourd’hui : trouver le financement pour assister en Guyane au lancement de la fusée Ariane 5.

Motivés par les futures carrières dans lesquelles ils veulent se lancer (ingénieur pour Nicolas et Martin, pilote de ligne pour Florent), les trois amis lycéens se sont investis cette année dans un  projet éducatif en lien avec l’exploration spatiale. Dans le cadre du concours international « Odysseus II », ils ont travaillé avec leur professeur, Pierre Marquestaut, sur une étude visant à améliorer la qualité du sommeil des habitants de la Station Spatiale Internationale par le biais de la luminothérapie.

Florent, Nicolas et Martin (de gauche à droite) : trois amis lycéens qui espèrent voir leur rêve aérospatial se réaliser.

Ils ont eu l’occasion de défendre leur idée lors de la finale du concours qui s’est déroulée début juillet à la Cité de l’espace à Toulouse. Nos jeunes ont dû gérer la pression de se retrouver face à un jury renommé, dont faisait partie notamment Claudie Haigneré, première femme française spationaute et ex-ministre. Difficulté supplémentaire, leur présentation s’est faite en anglais, trait d’union entre les différentes nationalités représentées (polonaise, espagnole, grecque, autrichienne, roumaine, etc). « On tire une certaine fierté d’être arrivés en finale », constate Nicolas. « C’est aussi une expérience importante qui comptera si nous voulons aller en classe préparatoire après le bac ». Nul doute qu’ils appréhenderont plus facilement les épreuves orales désormais !

Cagnotte en ligne et tombola

Au bout du compte, le trio n’a pas remporté le premier prix qui consistait en un voyage tous frais payés à Kourou, au Centre spatial guyanais, pour assister au lancement de la fusée Ariane 5 en décembre. « Une organisatrice nous a recontactés cet été et nous a proposé de participer au voyage quand même, à condition de le financer nous-mêmes », raconte Florent.

Du coup, ils ont créés une cagnotte en ligne et préparent une tombola pour laquelle ils font appel à la générosité des entreprises, collectivités et commerces locaux afin de récupérer des lots.

Si vous souhaitez aider Martin, Nicolas et Florent dans leur initiative, vous avez la possibilité de faire un don sur le site leetchi.

Nicolas Michel.