Le gang de la clef à molette : passion libraire !

IMG_4887A propos de son chef-d’œuvre Le nom de la rose, le célèbre écrivain Umberto Eco déclarait : «Un titre doit embrouiller les idées, non les embrigader». Une citation que l’on pourrait appliquer au nom surprenant de la librairie de la Place du marché.IMG_4882 La solution de l’énigme se trouve en fait sur le comptoir, où les gérants, Xavier et Anne, ont déposé des exemplaires d’un ouvrage d’Edward Abbey intitulé… Le gang de la clef à molette ! «Le nom du magasin nous est venu presque naturellement parce que nous avons eu tous les deux un énorme coup de cœur pour ce roman américain», explique Anne. «On adore les idées qu’il véhicule. On a vendu beaucoup d’exemplaires depuis que nous sommes ouverts».

IMG_4879
Xavier et Anne ont su aménager un espace où ils s’épanouissent.

L’inauguration, en novembre 2014, a comblé le vide laissé par le déménagement de l’Espace Culturel E. Leclerc. Libraires tous les deux, Xavier et Anne ne se connaissaient pas auparavant. Le premier travaillait à Casteljaloux, la seconde à Marmande. Des clients communs ont provoqué leur rencontre. Leur entente a fait le reste. «Après avoir vécu des choses difficiles l’un et l’autre dans nos précédents emplois», raconte Xavier, «nous avions une volonté commune de rebondir avec un projet neuf sur un territoire IMG_4880que nous connaissions bien. Nous nous sommes aperçus que nous partagions les mêmes valeurs. Nous voulions développer un commerce qui nous ressemble, un lieu convivial, qui ne soit pas atone». Et Anne de préciser : «On a voulu mettre l’humain en avant, privilégier l’accueil du client, créer un espace de rencontres». Le choix du mobilier, avec des bibliothèques en bois, contribue largement à l’ambiance à la fois accueillante et authentique des lieux.

Pour Xavier et Anne, la conception de leur métier passe par l’idée de partage dans le respect des goûts de chacun. Selon Anne : «Quand on aime ce qu’on lit, on a envie de le faire partager. Et il y a de la part de nos clients une vraie demande de conseils, ils sont avides de découvertes. C’est là où le métier devient un vrai plaisir, quand on arrive à faire connaître un bouquin qui n’est pas forcément médiatisé».

IMG_4884

Cette notion de partage se prolonge grâce aux rencontres organisées dans la librairie. «C’est important qu’une dynamique s’installe autour des livres», insiste Xavier. «On essaie d’inviter tous les genres d’auteurs, français ou étrangers, pour les adultes ou les enfants. Les gens qui viennent ne sont pas obligés d’acheter leur roman, c’est avant tout l’occasion pour eux de découvrir leur univers». Ont déjà participé Céline Minard, lauréate du prix du livre Inter 2014 pour Faillir être flingué, Léonor de Récondo, Grand-Prix RTL-Lire et Prix des Libraires 2015 avec Amours, l’auteur de romans policiers et journaliste polonais Zygmunt Miloszewski ou encore Marin Ledun, qui a écrit le polar L’homme qui a vu l’homme. Xavier et Anne ont à cœur de fédérer un maximum de Marmandais autour des prochaines manifestations. Comptez sur le blog pour vous tenir au courant des dates !

Nicolas Michel

 

Publicités

Ouverture de la 42ème Foire Exposition

IMG_4896De l’extérieur proviennent les clameurs de la fête foraine, où les jeunes Marmandais se pressent gaiement. Dans le hall, l’ambiance paraît plus concentrée. Les exposants s’activent à renseigner les visiteurs sur leur activité. La majorité des stands tourne autour de l’habitat : vente de pavillons, rénovation, climatisation, chauffage, ameublement… Pour les entreprises locales concernées, le rendez-vous demeure incontournable. «Nous faisons la foire depuis des années», intervient Junior Pauliard de chez Ges Habitat, société spécialisée dans la vente et la pose de menuiserie Alu et PVC, porte de garage, portail, volet roulant. «Notre stand est toujours implanté au même endroit et nous amenons toute notre expo pour en faire bénéficier les gens qui ne peuvent pas se rendre dans notre magasin ou qui ne nous connaissent pas». Démarche similaire de la part de Patrick Lescombes et son fils Mathieu, de LPM Energies : «Nous représentons tout ce qui tourne autour du génie climatique : chauffage, plomberie, ventilation», explique Mathieu. «Nous avons tous les ans le même emplacement et nous essayons d’exposer le maximum de nos produits».

IMG_4894
Eric Chevalier et son stand de vins.

L’événement n’attire pas seulement les exposants du coin. Roland, vendeur de tapis d’Orient, est basé à Pessac, près de Bordeaux. Patrick, ébéniste, 12 ans de foire, a fait le déplacement depuis Mussidan en Dordogne. «Je fabrique des meubles sur mesures et je commence à avoir une bonne clientèle sur Marmande. Il y a un vrai potentiel pour un artisan comme moi». Certains viennent de plus loin encore. Eric Chevalier est VRP pour le caviste Terres des Templiers dans les Pyrénées-Orientales. «Il est important que nos clients du Lot-et-Garonne aient une image annuelle de notre activité. Ils sont toujours contents de nous retrouver ici».

IMG_4890
Patrick, menuisier, au milieu de ses meubles qu’il expose.
IMG_4889
Cengizhan, tout sourire pour sa première Foire de Marmande.

D’autres vivent leur baptême du feu. Jeune créatrice de bijoux fantaisie basée à Noaillac en Gironde, Delphine voit là une opportunité intéressante de se faire connaître. Même constat de la part du souriant Cengizhan, de Mondial Menuiseries à Bruges (33), pour lequel cette première visite représente une occasion de développer le marché dans notre département.

IMG_4888En dehors de l’aspect commercial, chacun a la possibilité d’accomplir un geste citoyen auprès des bénévoles de la branche locale de France ADOT, où vous pourrez obtenir tous les renseignements sur le don d’organes et demander une carte de donneur.

Nicolas Michel

Miss Cartouche : un commerce haut en couleur

IMG_4862_modifié-1 Saviez-vous que les cartouches d’encre vides de votre imprimante pouvaient connaître une seconde vie ? C’est le service que propose Françoise, de la boutique Miss Cartouche, avenue Paul Gabarra. «Les gens apportent leurs cartouches vides et je procède à un échange immédiat avec des pleines qui ont été au préalable testées, nettoyées avec de l’eau déminéralisée, essorées, remplies sous vide, puis testées à nouveau. IMG_4868Je donne aussi généralement des conseils aux clients pour la réinstallation car il peut y avoir de petites manipulations à effectuer pour empêcher certains blocages. Les cartouches sont garanties jusqu’à leur fin de vie. Si elles sont défaillantes en cours de route, je les remplace. En moyenne, vous pouvez gagner jusqu’à 60% sur vos coûts d‘impression. Toutes les cartouches à jet d’encre sont rechargées ici dans mon atelier. Pour les cartouches laser en revanche, je sous-traite avec un collègue spécialisé car elles demandent une technicité particulière».

IMG_4871_modifié-1IMG_4864Comme plusieurs autres commerçants de Marmande interviewés sur ce blog, Françoise a ouvert Miss Cartouche suite à un changement de vie professionnelle radical. «J’étais cadre dans une entreprise d’agroalimentaire de la région et j’ai eu envie de monter une activité autour de l’écologie. C’était ma vocation primaire». Ses préoccupations ressortent bien dans la décoration du magasin, basée sur le recyclage. IMG_4867Ainsi, ce comptoir bigarré formé de bidons repeints, ces sièges de tracteur transformés en chaises design, ou encore ce vieux boitier de cassette audio devenu un porte-cartes… Une originalité qui contribue au charme de la boutique, à l’architecture déjà atypique. L’endroit possède un riche passé. «Des coiffeurs y étaient installés dans les années 1940-1950», raconte Françoise. «Le fond de commerce a ensuite été racheté par un photographe. Quand je suis arrivée, les lieux étaient inoccupés depuis au moins trois ans». Passionnée par l’histoire du quartier, elle prépare une expo sur le sujet et récupère un maximum de photos, certaines datant du début du vingtième siècle.

Parmi ses autres projets, Françoise aimerait développer les points relais cartouches hors Marmande. «J’en ai ouvert un à Tonneins, dans un tabac-presse, qui est commissionné. Les gens peuvent déposer là-bas leurs cartouches et en récupérer deux fois par semaine, le mercredi et le samedi. Cela me permet de toucher une clientèle qui ne vient pas jusqu’à la boutique».

IMG_4866
Tableaux de Maryse Ribette exposés en avril 2015.

Sachez enfin que Françoise laisse ses murs à la disposition des artistes souhaitant montrer leurs œuvres. Peintres, sculpteurs, photographes : l’initiative offre l’occasion de découvrir des talents locaux. Et apporte aux lieux une touche supplémentaire de couleur !

Pour les informations sur les expositions, consultez la page Facebook de Miss Cartouche.

Nicolas Michel

Interview express

Jérôme Debrailles, gérant avec son épouse Sandrine de la supérette place de la Mairie, nous parle du changement d’enseigne intervenu le 18 avril 2015.

IMG_4856
Nouvelle enseigne mais Jérôme et son épouse Sandrine n’ont pas quitté la caisse !

Qu’est-ce qui a motivé la transformation de l’ancien Petit Casino en Leader Price Express ?

Le changement tarifaire du magasin ! Le Petit Casino avait des prix assez élevés pour les gens du centre-ville de Marmande, alors que Leader Price a la réputation d’être moins cher. La décision a été prise par la direction du groupe Casino, qui possède les deux enseignes.

Le magasin a été fermé pendant deux semaines. Quels travaux ont été effectués ?

IMG_4858
Le nouveau rayon frais agrandi.

Les locaux ont été rénovés. Le Petit Casino existait depuis 15 ans. Un gros coup de peinture a été donné. L’électricité a été remise aux normes. On a ajouté quelques longueurs au rayon frais. Sinon, le rayonnage est resté le même. Les habitués ne seront pas perdus. Seuls les produits ont changé : les marques Casino ont évidemment été remplacées par celles de Leader Price. Nous avons eu un très bon retour des clients depuis la réouverture. Ils sont ravis, notamment les personnes âgées qui ne peuvent pas trop se déplacer et qui trouvent maintenant ici des produits à des prix raisonnables.

Y a-t-il pour les clients un autre avantage que financier ?

Oui, car les horaires ont été modifiés également. Le magasin se trouvant en plein centre-ville dans un lieu de passage, nous avons décidé de mettre fin à la coupure du midi du Petit Casino. Désormais, nous sommes ouverts de 8h00 à 20h00 sans interruption du lundi au samedi.

Propos recueillis par Nicolas Michel

 

Domino : la douce nostalgie des jouets d’antan

IMG_4773Lorsqu’en 2003 Laurent a repris avec sa compagne Brigitte le commerce de ses parents, il a hérité d’une véritable institution rue de la Libération. Domino est en effet la première boutique de jouets à s’être implantée en centre-ville et a su conserver son caractère traditionnel avec la vente d’articles en bois. IMG_4774«Ils ont deux avantages», précise Brigitte en riant. «Ils se conservent très bien et ne nécessitent pas de piles». Jeu de l’oie et de petits chevaux à l’ancienne, voitures miniatures rétro, petits tambours ou toupie, la nostalgie n’est jamais loin. «Les adultes s’extasient souvent devant les jouets qu’ils ont eus dans leur enfance. Ici, les parents se font plaisir à eux-mêmes autant qu’à leurs bambins, quand ils achètent quelque chose».

IMG_4778En janvier 2009, Laurent et Brigitte ont ajouté une corde à leur arc : la location de déguisements. «Nous avons créé notre stock à partir des demandes spécifiques de nos clients», explique Brigitte. «Aujourd’hui, nous disposons de plus de 800 costumes. Nous en louons chaque week-end, durant toute l’année». Car les occasions ne manquent pas : des soirées à thème (notamment disco) aux enterrements de vie de jeune fille, en passant par les carnavals pour les enfants. «Il nous est même arrivé d’en fournir pour un mariage costumé, c’était une fête médiévale». Les panoplies de super-héros ont le vent en poupe, ainsi que les tenues humoristiques, décalées. En avril, l’activité connaît un pic avec le percent, la célébration des cent jours avant le baccalauréat, au cours de laquelle les lycéens se déguisent. «Cette année, la tendance va vers l’uniforme, militaire ou marin», note Brigitte.

IMG_4776
Le costume de Scooby-Doo : un grand classique !

Bien que la réputation de Domino ne soit plus à faire, ses propriétaires ont toujours à cœur de chercher à se renouveler. La nouveauté 2015 : les clients ont désormais la possibilité de louer des jouets de grande taille, évidemment toujours en bois. Jeu de quilles, billard hollandais, casse-tête comme la tour de Hanoï : l’idéal pour animer les réunions de famille ou entre amis. Pour plus de renseignements, connectez-vous sur domino-Marmande.fr et sur Facebook à l’adresse  https://www.facebook.com/domino.mmi.

Nicolas Michel

Pierre de Lune : le bien-être avant tout

IMG_4761«Dehors le stress !». Ce panonceau en vente dans le magasin résume à la perfection l’esprit des lieux. Sa propriétaire, Annick Cornaggia, était employée dans un cabinet d’avocats avant d’opérer un changement de vie radical. En 2000, elle a ouvert une boutique ésotérique, Pierre de Lune. L’emplacement, en plein centre-ville, lui a immédiatement plu. Situé dans le virage de la rue Toupinerie, le commerce bénéficie en effet d’une belle visibilité avec son élégante façade bordeaux et jaune.

IMG_4764Jeux de tarot, bâtons d’encens, coussins de relaxation, statuettes bouddhistes, bols tibétains… Parmi tous les articles proposés, on trouve une large variété de roches et de cristaux, dont les couleurs irisées accrochent assurément le regard. IMG_4760Car Annick possède une spécialité : la lithothérapie. Cette médecine douce associe aux pierres différentes vertus, protectrices ou curatives, même si Annick se défend de remplacer un docteur. «Les gens reconnaissent de plus en plus les vertus des pierres», assure-t-elle. «Celles que je vends le mieux sont destinées à lutter contre le stress. L’améthyste, par exemple, aide à chasser l’angoisse, l’anxiété. Pour gagner de la confiance en soi, il existe l’oeil de fer, un mélange de trois pierres, jaspe, hématite et œil de tigre».

IMG_4765
Annick derrière le comptoir de sa boutique

Depuis le début de l’année, Annick s’investit dans un projet d’envergure : l’organisation d’un salon du bien-être et de la voyance, qui se tiendra les samedi et dimanche 19 et 20 septembre 2015, salle de la Manoque à Tonneins. «L’entrée coûtera 2 euros par personne et la moitié de la recette ira à l’ASAM, l’Association du Sport Adapté Marmandais et sa maison L‘Arc en Ciel» (http://asam47.fr/). L’événement a été pensé de telle manière à permettre au public de découvrir un maximum de disciplines. Les visiteurs pourront aller à la rencontre aussi bien de magnétiseurs, naturopathes, réflexologues, astrologues, que de coaches en relooking ou en développement personnel. «J’espère que les Marmandais trouveront au cours de cette journée du bien-vivre et de la chaleur, qu’ils se disent avoir passé un bon moment en rentrant chez eux le soir». Une chose reste certaine : l’énergie positive d’Annick ne manquera pas d’imprégner ce salon.

Nicolas Michel

Comic Book Store : les super-héros réinvestissent Marmande

IMG_4733A l’heure de la crise, nombre de Marmandais sont amenés à réinventer leur vie. Mickaël Royer a connu les affres du chômage, jusqu’à ce qu’il décide de monter un commerce autour de sa passion pour les comics, ces bandes dessinées américaines peuplées de super-héros. Une initiative d’autant plus appréciable qu’elle apporte une offre qui n’existait plus en centre-ville depuis le départ du centre culturel Leclerc.

IMG_4724Située Place du Marché, la boutique a ouvert ses portes en août 2014. Présent à cet événement, votre dévoué blogueur se souvient d’une inauguration à l’image du propriétaire, des plus chaleureuses. Comme l’explique Mickaël : «je ne fais pas de vente par correspondance. Je me concentre vraiment sur le commerce de proximité. J’aime le côté «familial», prendre le temps de discuter avec les clients. Je tiens à ce qu’ils se sentent à l’aise. Je les fais participer à l’évolution du magasin. Mon logo, par exemple, a été conçu par une habituée. J’organise régulièrement des concours avec des BD à gagner. J’ai pris plusieurs stagiaires aussi. J’aime beaucoup former les jeunes. C’est dans leur intérêt de se frotter au monde du travail».

IMG_4737
Mickaël alimente quotidiennement la page Facebook du magasin

Au-dessus de la caisse trône une affiche dessinée de Superman, dont Mickaël est fan depuis l’enfance. Mais le célèbre super-héros volant à la cape rouge ne représente pas ses meilleures ventes. «Les méchants ou les anti-héros ont plus la cote. Le Joker * arrive en tête. Deadpool ** cartonne aussi chez les 15-25 ans». Le succès de certains films (Avengers, Les gardiens de la galaxie) et de séries comme Arrow se répercute immanquablement sur les étagères.

IMG_4726
Outre les BD, de nombreux produits dérivés sont proposés (tee-shirts, figurines…)

Le Comic Book Store arrive à un moment clé de sa jeune existence. «Ma clientèle régulière permet au magasin de ne pas perdre d’argent. L’objectif de ces six prochains mois sera de faire en sorte qu’il commence à en gagner». Mickaël a d’ores et déjà prévu plusieurs opérations promotionnelles, notamment fin avril autour de la sortie au cinéma du très attendu Avengers 2, ainsi que les 4 et 5 mai à l’occasion de la Journée internationale Star Wars.

Si vous souhaitez suivre l’actualité du Comic Book Store et le planning des sorties : https://www.facebook.com/comicbookstoremarmande

Nicolas Michel

* l’un des adversaires emblématiques de Batman

** un personnage de tueur

Planet Coffee Shop : la pause-café en mode convivial

Derrière son comptoir, Sandrine s’affaire à préparer une tournée de Planet Choco Cookie. Avec son pic de chantilly parsemé de morceaux de biscuit, ce délice chocolaté est devenu l’incontestable vedette du Coffee Shop de la rue Toupinerie (https://www.facebook.com/planetcoffee.shop?fref=ts)

IMG_4683
L’appétissant Planet Choco Cookie

«C’est la boisson que je vends le mieux», constate la dynamique propriétaire des lieux. Chaud ou froid, décliné en quatre parfums, vanille, caramel, noisette et cookie donc, il en ferait presque oublier – à tort ! – les autres préparations élaborées au fil des saisons. «L’été dernier, le Mojitea a cartonné lui aussi et je vais le proposer à nouveau cette année. Il s’agit d’un mojito sans alcool à base de thé que je fais infuser au préalable, j’ajoute de la menthe fraîche, du citron vert, du sirop de mojito et de la glace pilée». Pendant la saison de la fraise, abondamment produite dans notre région, Sandrine la met à l’honneur avec une recette de milkshake rehaussé de fruits frais.

IMG_4720Avant que l’établissement n’ouvre ses portes en mai 2010, le concept du Coffee Shop restait inédit à Marmande. «Auparavant occupé par une boutique de vêtements, l’espace est resté fermé assez longtemps», se souvient Sandrine. «Personne ne voulait de ce local vide car aucun commerce ne fonctionnait ici. Même mon associée refusait au départ que nous nous y installions. Mais quand je l’ai visité, j’ai tout de suite eu un coup de cœur». Il est vrai que l’endroit possède un cachet local indéniable avec, notamment, son mur typique en briques rouges derrière le comptoir.

DSC_9890Sandrine a eu raison de croire en son projet, elle qui a connu les difficultés d’une remise en question après un licenciement économique en 2009. Au terme de cinq ans d’existence, fort d’un bilan positif et d’une cote d’amour évidente auprès des Marmandais, le café s’apprête à entrer dans une nouvelle ère : «Je vais refaire le Coffee Shop dans son ensemble. Je vais agrandir et moderniser mon espace de travail afin de répondre à la demande croissante. A terme, je souhaiterais embaucher une personne au moins à mi-temps». Nul doute que l’endroit conservera au final cette convivialité si appréciée.

Nicolas Michel