Pâques à Marmande : le poids des traditions

IMG_4719
Christophe et Emilie Lancuentre

La chocolaterie située rue de la Libération connaît pendant les fêtes pascales l’une de ses périodes d’activité les plus intenses, avec Noël. Le commerce est tenu depuis mars 2004 par Emilie et Christophe Lancuentre (https://www.facebook.com/patisserie.lancuentre?fref=ts)

IMG_4717
La sculpture en chocolat version 2015

Chaque année, le couple organise dans sa boutique un sympathique concours. Christophe réalise une sculpture spéciale en chocolat. A chacun d’essayer d’en deviner le poids exact. Une tradition très appréciée des clients. Mais l’édition 2015 a failli ne pas voir le jour. En cause : une blessure à la main. L’artisan n’a pas renoncé pour autant et, avec un peu d’aide, a façonné un généreux poisson bulle, dont le bonne bouille remportera à n’en pas douter un franc succès auprès des plus jeunes.

IMG_4718 retouché
M. et Mme Hippo

Car, comme le souligne Christophe, Pâques reste avant tout une fête qui plaît aux enfants. «En général», nous explique-t-il, «les petits sujets sont destinés à être cachés afin que les enfants s’amusent à les trouver. Les grosses pièces se retrouvent davantage sur la table familiale pour être cassées à la fin du repas». C’est avec un plaisir non dissimulé que le blogueur gourmand parcourt du regard les rangées colorées de figurines, où les modèles incontournables (poule, œuf, cloche…) côtoient de surprenantes fantaisies, tels Monsieur et Madame Hippopotame. «On innove toujours. L’an passé, nous avions sorti des petits cochons, cette année le mouton. La famille s’agrandit au fur et à mesure. Nous avons quelques animaux qui se vendent très bien comme la souris, la vache, la grenouille aussi».

Pas de sujet en forme de tomate, symbole de Marmande ? «Non, mais nous faisons toujours le bonbon à la tomate que nous avions créé en 2012 en collaboration avec le maître chocolatier de Biarritz Serge Couzigou et que nous avons sorti pour le salon du chocolat la même année. Il nous a fallu au moins huit mois pour le mettre au point. La tomate et le chocolat ne sont pas difficiles à marier mais plutôt à équilibrer tant au niveau de la texture, que de la couleur à l’intérieur».

Il ne reste plus aux Marmandais qu’à venir évaluer le poids de Bubulle le poisson. Bonne dégustation !

Nicolas Michel

Publicités