Nouvelle tête pour le salon de coiffure Au Figaro

A 23 ans seulement, la pétillante Alexandra a repris en avril 2015 le salon de coiffure Au Figaro rue de la Libération, tenu précédemment par Isabelle. La jeune femme fourmille de projets pour faire évoluer son affaire.

IMG_5127«J’adore mon métier», clame Alexandra avec un grand sourire pour expliquer le dynamisme et la passion que l’on ressent chez elle. «Ma mère allait souvent chez le coiffeur. Je l’accompagnais à chaque fois. J‘adorais l‘odeur quand je rentrais dans le salon et j‘étais fascinée par les coiffures qui étaient réalisées».

Après sa classe de troisième, Alexandra est partie en apprentissage chez Z‘n Coif en ville, du côté des 9 fontaines. «Elle a toujours su ce qu’elle voulait faire», se souvient le patron, Nicolas. «Alexandra a été ma première apprentie. Elle avait cette IMG_5125fougue ! Je suis content qu’elle réussisse dans ce qu’elle entreprend. Elle sait saisir les opportunités». Quand l’occasion s’est présentée justement d’acquérir son premier salon à Castelmoron-sur-Lot, la brunette n’a pas hésité à se lancer dans l’aventure. Et la voilà devenue propriétaire à 20 ans ! «J’ai bien remonté le chiffre d’affaires, mais je voulais revenir sur Marmande, où j’habite depuis une quinzaine d’années. Fin 2014, on m’a fait une proposition de rachat, j’ai accepté et repris le salon d‘Isabelle dans la foulée». Entre les deux femmes, la transition s’est déroulée en toute harmonie. «Tout le monde me demande des nouvelles d’Isabelle. On s’entend très bien. Elle me remplacera quand je partirai en vacances. Elle m’a laissé des notes sur les couleurs des clientes par exemple. Du coup, les gens se sentent rassurés».

IMG_5122
Le blogueur préfère avoir les cheveux rasés !

Alexandra n’est pas du genre à s’endormir sur ses lauriers. «Côté dames, je vais suivre une formation maquillage pour pouvoir en proposer ensuite au Figaro. J’ai aussi fait une formation de barbier. La barbe revient à la mode. Je vais en profiter pour refaire la déco de la partie hommes, j’aimerais qu’elle fasse trèsIMG_5126 vintage». L’autre actualité du salon concerne l’arrivée d’une apprentie pour un CAP pendant deux ans. Car pour Alexandra, il est important de transmettre sa passion du métier. «Quand je rentre chez moi le soir, je continue de penser au travail, à ce que je pourrais faire pour m’améliorer. Je me tiens informée des nouveaux produits, des dernières techniques. Je veux rester dans le mouvement, dans l’air du temps».

NB- En avril 2016, Alexandra a fermé le salon pour ouvrir avec Nicolas Zanette Atelier&Co.

Nicolas Michel.

Publicités