Nouvelle tête pour le salon de coiffure Au Figaro

A 23 ans seulement, la pétillante Alexandra a repris en avril 2015 le salon de coiffure Au Figaro rue de la Libération, tenu précédemment par Isabelle. La jeune femme fourmille de projets pour faire évoluer son affaire.

IMG_5127«J’adore mon métier», clame Alexandra avec un grand sourire pour expliquer le dynamisme et la passion que l’on ressent chez elle. «Ma mère allait souvent chez le coiffeur. Je l’accompagnais à chaque fois. J‘adorais l‘odeur quand je rentrais dans le salon et j‘étais fascinée par les coiffures qui étaient réalisées».

Après sa classe de troisième, Alexandra est partie en apprentissage chez Z‘n Coif en ville, du côté des 9 fontaines. «Elle a toujours su ce qu’elle voulait faire», se souvient le patron, Nicolas. «Alexandra a été ma première apprentie. Elle avait cette IMG_5125fougue ! Je suis content qu’elle réussisse dans ce qu’elle entreprend. Elle sait saisir les opportunités». Quand l’occasion s’est présentée justement d’acquérir son premier salon à Castelmoron-sur-Lot, la brunette n’a pas hésité à se lancer dans l’aventure. Et la voilà devenue propriétaire à 20 ans ! «J’ai bien remonté le chiffre d’affaires, mais je voulais revenir sur Marmande, où j’habite depuis une quinzaine d’années. Fin 2014, on m’a fait une proposition de rachat, j’ai accepté et repris le salon d‘Isabelle dans la foulée». Entre les deux femmes, la transition s’est déroulée en toute harmonie. «Tout le monde me demande des nouvelles d’Isabelle. On s’entend très bien. Elle me remplacera quand je partirai en vacances. Elle m’a laissé des notes sur les couleurs des clientes par exemple. Du coup, les gens se sentent rassurés».

IMG_5122
Le blogueur préfère avoir les cheveux rasés !

Alexandra n’est pas du genre à s’endormir sur ses lauriers. «Côté dames, je vais suivre une formation maquillage pour pouvoir en proposer ensuite au Figaro. J’ai aussi fait une formation de barbier. La barbe revient à la mode. Je vais en profiter pour refaire la déco de la partie hommes, j’aimerais qu’elle fasse trèsIMG_5126 vintage». L’autre actualité du salon concerne l’arrivée d’une apprentie pour un CAP pendant deux ans. Car pour Alexandra, il est important de transmettre sa passion du métier. «Quand je rentre chez moi le soir, je continue de penser au travail, à ce que je pourrais faire pour m’améliorer. Je me tiens informée des nouveaux produits, des dernières techniques. Je veux rester dans le mouvement, dans l’air du temps».

NB- En avril 2016, Alexandra a fermé le salon pour ouvrir avec Nicolas Zanette Atelier&Co.

Nicolas Michel.

Publicités

Kustom Kruiz’ : l’évasion à vélo

Avec l’arrivée des beaux jours, pourquoi ne pas profiter à vélo des itinéraires qu’offre Marmande ? A la vente ou en location (à l’heure, à la journée, à la semaine), aussi bien pour les enfants que pour les adultes, la boutique Kustom Kruiz’ a la solution qui vous convient.

IMG_5043Kustom Kruiz’ a ouvert ses portes en avril 2015 rue de la Libération, à proximité du parc de La Filhole, l’endroit idéal justement pour une balade à vélo. «On a fait en sorte de bien se placer», précise Willy, le propriétaire. «Nos clients nous parlent aussi beaucoup de la voie verte, du canal».

IMG_5051
Sur son vélo original, Willy attire toujours l’attention.

 

Comme beaucoup de commerçants rencontrés sur ce blog, Willy a tourné le dos à son ancienne vie professionnelle en entreprise pour vivre de sa passion, le vélo custom, ou l’art de modifier les éléments d’un deux-roues afin de le personnaliser. Changement de fourche, de roues, de pédales ou de selle, jusqu’à ces amusants bouchons de valve en forme de dé, les possibilités ne IMG_5045manquent pas si vous souhaitez que votre cycle se distingue. Celui qu’utilise Willy ne passe d’ailleurs pas inaperçu. «Dès que je me promène en ville avec, les gens s’arrêtent, me questionnent, prennent des photos. C’estIMG_5047 ma compagne qui m’a suggéré d’en faire mon métier. Du coup, je me suis lancé dans un projet de location et de vente de vélos de type beach cruiser». Ni VTT, ni vélo de course, le beach cruiser (ou vélo de plage, en référence aux surfeurs californiens qui l’utilisent) est un vélo de promenade. «La position de conduite reste droite», détaille Willy. «Les pieds sont à plat à l’arrêt et on n’est pas obligé de pédaler pour changer les vitesses. Eclipsé un temps par le VTT, le beach cruiser revient à la mode parce qu’il sort du lot, il permet de rouler autrement, de prendre son temps».

IMG_5040
Willy sur l’un des beach cruisers proposés en magasin.

11088560_815466798501463_1870755739558030557_nUne fois par mois, Kustom Kruiz’ fédère ses clients autour d’une randonnée sur une à deux journées, assortie d’une visite gastronomique ou culturelle. Willy et sa compagne assurent la préparation avec une reconnaissance préalable du circuit ainsi que la logistique pendant la sortie. Une voiture accompagne toujours les participants en cas de panne ou de fatigue. Les outils pour les réparations et les boissons rafraîchissantes sont également prévus. Une excellente occasion d’essayer en toute sérénité le beach cruiser et, pourquoi pas, de l’adopter.

Pour connaître l’agenda et les tarifs des sorties, rendez-vous sur la page facebook de Kustom Kruiz’.

Nicolas Michel