Cultivons notre jardin littéraire !

Après une édition 2016 inaugurale qui avait conquis les visiteurs, le salon « Lire au Jardin » – dont l’affiche pleine d’humour est signée Loïc Riva –  investit à nouveau le week-end des 10 et 11 juin les magnifiques espaces de la « Jardinerie Jay ». Avec la présence attendue de près de trente auteurs, le programme s’annonce varié et attrayant, comme nous l’explique l’un des organisateurs, Antoine Le Chevallier, de la librairie « Libellule ».

Quel bilan avez-vous tiré du lancement de ce salon l’année dernière ?

Hubert Ben Kemoun

La première édition avait été préparée très rapidement. Du coup, nous n’étions pas complètement conformes à notre ambition de départ, à savoir un salon généraliste sur le modèle de ce que nous faisons à Fourques avec « La BD est dans le Pré ». Cette année, nous allons franchir une étape. Nous allons nous appuyer sur un travail au niveau des écoles et des bibliothèques, ce qui me semble indispensable pour ce genre d’événement. Nous aurons la venue d’un très grand auteur jeunesse, Hubert Ben Kemoun, qui va se rendre les jours précédant le salon dans des classes à Couthures-sur-Garonne, Calonges, Sainte-Marthe, Herriot. C’est déjà une grande satisfaction. Nous avons développé un partenariat avec le festival concomitant « Saveurs des Mots » à Meilhan. Nous avons créé des passerelles entre les deux manifestations. Par exemple, le samedi 10 juin, je vais emmener les auteurs qui auront été présents dans la journée à « Lire au Jardin » aux concerts du samedi soir à Meilhan. Nos manifestations sont parfaitement complémentaires et je me réjouis des liens qui existent entre nous. Nous sommes encore un petit salon. Mais nous progressons petit à petit.

Quel rôle aimeriez-vous que joue votre salon ? 

Vous savez, je serais heureux s’il pouvait contribuer à remettre les livres au coeur de la culture. Le livre s’adresse à tous les publics, vous pouvez l’emporter partout avec vous. On est beaucoup plus proche de l’écrit au quotidien qu’on ne le pense ! C’est capital pour moi de défendre l’importance de la place du livre dans le domaine culturel de notre territoire.

Avez-vous un parrain pour l’édition 2017 ?

Pierre Bordage, qui est l’un des plus grands auteurs français de science-fiction, avait parrainé notre lancement. Nous sommes très contents et fiers qu’il ait accepté cette année encore d’être notre parrain. C’est quelqu’un d’adorable.

Les Jardins de Beauchamp dans la Jardinerie Jay : un sublime cadre paisible.

A quoi peuvent s’attendre les visiteurs qui se rendront au salon ?

Nous aurons vingt-huit auteurs de tous genres, jeunesse, roman du terroir et historique, policier, essai, fantastique… La thématique reste la même que celle de « La BD est dans le Pré » : paysages, Nature et terroir. Pour en parler, nous prenons place dans un endroit absolument idyllique, comme l’an dernier : la « Jardinerie Jay ». J’en profite pour les remercier à nouveau de nous accueillir encore gracieusement, sous couvert d’une de leurs magnifiques verrières. De nombreux auteurs locaux et Aquitains seront présents. La littérature jeunesse sera bien représentée, pour tous les âges, y compris les jeunes adultes… On se lance aussi dans une visite musicale des Jardins de Beauchamp avec une violoniste. C’est une raison supplémentaire de vous déplacer ce week-end des 10 et 11 juin, pour rencontrer énormément d’écrivains différents mais aussi visiter ces lieux magnifiques situés dans l’enceinte de la « Jardinerie Jay »…

Propos recueillis par Nicolas Michel.

Publicités

Salon du Chocolat, édition 2016

numeriserPour sa 9ème saison, le Salon du Chocolat de Marmande a de nouveau tenu ses délicieuses promesses ; les gourmands ne me contrediront certainement pas !

Impossible d’imaginer le Salon du Chocolat de Marmande sans la présence de la bien connue Pâtisserie Lancuentre de la Rue de la Libération !

 

Les boutiques marmandaises étaient également représentées par le magasin Leonidas de la Rue Toupinerie.

 

Nos voisins de Duras, la maison Guinguet, n’avait pas manqué de faire le déplacement.

 

Les fameuses langues de chat au chocolat de la maison Guinguet, diversement aromatisées.

 

La chocolaterie Brossard de La Réole avait amené quant à elle ses appétissantes Pommes d’Amour et ses chocolats du monde entier.

 

9eme-salon-du-chocolat-a-marmande-la-pitchouli
Même le Pays basque et ses spécialités s’étaient donnés rendez-vous au Salon…

 

Qui a dit que chiens et chats n’étaient pas capables de s’entendre ?!

 

Acheter des plaques de chocolat en vrac aux différents parfums, même les plus surprenants parfois, demeure l’un des grands plaisirs de ce Salon.

 

Les fontaines à chocolat, avec des morceaux de fruits à tremper dedans, ont tourné à plein régime.

 

Créations pleine d’originalité de la chocolaterie La Grange aux Truffes de Padirac, qui s’est aussi distinguée par… ses zizis en chocolat !

 

9eme-salon-du-chocolat-de-marmande-1er-prix-du-concours
Après les deux têtes de cheval de l’année dernière, le premier prix de la tombola organisée par le Kiwanis Club de Marmande consistait cette fois en une superbe corne d’abondance de 8 kilos.

Nicolas Michel.

Un salon qui fait du bien…

13615460_1070501649704094_7459150882015113798_n 2

Du bien-être, on n’en a jamais assez ! Alors, une occasion de faire le plein ne se refuse pas. Annick Cornaggia, de la boutique marmandaise de lithothérapie Pierre de Lune, organise le week-end du 17 et 18 septembre à Tonneins la deuxième édition d’un salon où vous trouverez mille et une recettes pour vivre mieux. 

Si vous vous lancez à nouveau, c’est que la première édition a bien fonctionné ?

Il y a eu une excellente ambiance, très familiale. La majorité des exposants de l’année dernière reviennent pour cette deuxième édition, parce qu’ils ont été enchantés. Certains m’ont dit que récemment encore, ils avaient eu des retours de ce salon. Ils sont contents de se faire connaître. Notre animateur sera à nouveau présent lui aussi, Patrick Dembreville de VIP Concept. Il m’apporte son aide de main de maître. Il présente les IMG_9323exposants, il gère le temps des conférenciers… Je ne suis pas toute seule derrière cet événement. C’est un travail d’équipe. Vous avez une vraie solidarité.

Vous êtes quand même l’âme de ce salon…

Oui, c’est mon bébé (rires). Mais il faut bien comprendre que tout ce que j’entreprends, je ne le fais pas pour moi, pour être reconnue. Comme on dit : suivez votre conscience et pas votre réputation ! J’agis dans l’intérêt des gens. Quand je sens la détresse de quelqu’un, je fonce ! Parfois, cela me fait faire des bêtises. En tout cas, mes actions ne se situent jamais sur le plan politique mais humain.

13615460_1070501649704094_7459150882015113798_nL’édition 2016 a-t-elle été plus facile à monter que la précédente ?

Ça reste facile, quand on y mets toute son énergie ! L’année dernière, l’aspect le moins agréable concernait les exposants qui devaient participer avant de se désengager au dernier moment. Je n’avais pas vraiment demandé d’acompte. Ce premier salon, j’avais voulu le faire à l’Espace Expo de Marmande. Mais l’endroit était immense par rapport à notre petit nombre d’exposants. Je souhaitais un lieu plus intime. J’avais finalement choisi la salle de la Manoque à Tonneins. Elle est parfaitement adaptée à notre événement. Il faut la voir, elle est magnifique avec ses baies vitrées, elle plaît à tout le monde. Nous avons développé un partenariat avec la ville. Le maire, Dante Rinaudo, m’aide beaucoup. Il a envie que l’événement soit pérénisé. Je ne suis pas loin de la retraite, mais je continuerai l’aventure quand même de toute façon.

Quelles seront les nouveautés cette année ?

S’il ne pleut pas, je voudrais que certaines activités soient pratiquées en extérieur, comme le yoga du rire, car le lieu s’y prête avec la pelouse autour de la salle. A la place des sandwiches de l’année dernière, vous trouverez une restauration bio, avec des salades, des wraps garnis aux légumes, des glaces… Il y aura de la bière et des vins bio également. Une tombola gratuite sera organisée. Chaque exposant offrira quelque chose. L’entrée n’a pas augmenté. Elle coûte toujours 2 euros et 1 euro sera une fois encore reversé à la maison Arc en Ciel de l’Association du Sport Adapté Marmandais.

Avis aux exposants, quelques places sont encore disponibles. Si vous êtes intéressés, contactez Annick au 06 70 57 75 74.

Propos recueillis par Nicolas Michel.

4 bonnes raisons d’aller au Salon du livre de Marmande, Lire au Jardin

Numériser 2

Le week-end du 11 et 12 juin 2016 se tient à la Jardinerie Jay la première édition d’un salon du livre pas comme les autres, en phase avec la ruralité de notre territoire. Pour vous convaincre d’aller y faire un tour, le blog vous livre ses arguments…

L’affiche imaginée par le Marmandais Loïc Riva.

1- Parce que Lire au Jardin émane d’un autre festival que l’on adore.

Lire au Jardin est organisé par l’association Kit Culture, qui a été créée en 2013 pour monter des manifestations culturelles, dont La BD est dans le Pré. Derrière le projet, nous retrouvons Antoine Le Chevallier de la librairie marmandaise Libellule. « Dès la première édition de La BD est dans le Préj’avais pensé qu’il serait bien de compléter l’offre par un autre festival concernant la littérature jeunesse et adulte », raconte-t-il. « L’idée a fait lentement son chemin jusqu’à connaître un coup d’accélérateur ces derniers mois ». Dans un souci de cohérence, la thématique de ce salon reprend celle de La BD est dans le Pré, terroir, nature et paysages, développée cette fois à l’ensemble de la littérature.

_DSC00762- Parce qu’il se déroule dans un endroit aussi inattendu que superbe.

Un salon du livre au beau milieu d’une pépinière ? Le concept ne manque pas d’originalité. « Qui n’a pas au niveau du Marmandais dans son jardin une plante issue de la Jardinerie Jay ? », constate Antoine avec un sourire. Pour un événement où la Nature occupe une place prépondérante, un tel lieu porte en lui quelque chose de symbolique. La Jardinerie Jay est connue déjà pour être tournée vers les manifestations culturelles, en organisant des expositions de peinture et des concerts. C’est sous une grande serre qu’auront lieu les rencontres et les séances de dédicaces avec les auteurs. A cette occasion, l’entrée dans les sublimes Jardins de Beauchamp adjacents sera baissée à 3 euros et sera libre pour les moins de 12 ans. Le festival, lui, reste gratuit.

Les Jardins de Beauchamp, un cadre idyllique à visiter en marge de l’événement.

IMG_74513- Parce qu’il a pour prestigieux parrain Pierre Bordage.

On ne présente plus l’un des plus grands auteurs français de science-fiction ! Pierre Bordage avait déjà participé cette année à Fourques à La BD est dans le Pré« C’est magnifique d’avoir un parrain de cette envergure », s’enthousiasme Antoine. « Il a répondu présent tout de suite. C’est un homme charmant, très ouvert, avec lequel nous avons un excellent contact ».

4- Parce qu’il met à l’honneur le Marmandais et la région.

Tout en laissant la manifestation ouverte sur le monde, les organisateurs avaient à coeur de l’inscrire dans notre territoire. Cette première édition de Lire au Jardin fait ainsi la part belle aux auteurs chronique-du-patrimoine-ferroviaire-en-lot-et-garonne-entre-guyenne-perigord-gascogne-et-quercy-9782813808998_0locaux et aux éditeurs d’Aquitaine. Damien Follet, par exemple, présentera sa Chronique du patrimoine ferroviaire en Lot-et-Garonne. Infirmière spécialisée en pédopsychiatrie à l’hôpital de Marmande, Khédidja Sabeg-Hamssi parlera de son ouvrage Comment accompagner la souffrance psychique. Essais, mais aussi romans historiques, du terroir, policiers ou encore de science-fiction : le salon offre un très large panel de genres et de thématiques aussi bien adulte que jeunesse, de sorte que chacun devrait y trouver son compte. La liste des participants, plus d’une vingtaine en tout, peut être consultée sur le site internet de la manifestation : http://www.salondulivre-marmande.fr.

Nicolas Michel.

La BD est dans le pré, édition 2016

Retrouvez à travers quelques photos choisies toute l’ambiance de la 3ème édition du festival La BD est dans le pré de Fourques-sur-Garonne.

 

Belle affluence autour des stands où les auteurs dédicaçaient leurs oeuvres.

 

Le président du jury 2016 de La BD est dans le Pré, Francis Groux, co-fondateur du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême, excusez du peu !

 

 

L’un des invités de marque de cette troisième édition : l’écrivain renommé de science-fiction Pierre Bordage.

 

Autre grande figure présente cette année : Patrick Sobral, dont la populaire série des « Légendaires » lui a valu de signer quantité d’albums.

 

Les auteurs illustres n’étaient pas les seuls à dédicacer. Les élèves de l’école de Fourques-sur-Garonne signaient la sympathique et méritante bande dessinée qu’ils ont réalisée.

 

Passionné par les dessins animés japonais et connu pour la BD « Surnaturels », Jérôme Alquié en plein travail d’illustration.

 

L’artiste Crysmas et son incroyable Garfield réalisé en paper art.

 

Jessica, de « L’Atelier du Chat » à Marmande, a rencontré beaucoup de succès en maquillant les visages des enfants.

 

Quelques-uns des surprenants costumes réalisés par la jeune styliste Amélie Tauzin pour un défilé remarqué sur le thème des contes populaires et fantastiques.

 

Le public était invité à venir déguisé afin de participer à un concours.

Nicolas Michel.

Week-end de Bulles à Fourques-sur-Garonne

Pour la troisième année consécutive, les amoureux de la bande dessinée ont rendez-vous les 13 et 14 février avec le festival de La BD est dans le pré à Fourques-sur-Garonne. Une manifestation qui ne cesse de prendre de l’ampleur, comme en témoigne la venue de grands noms du 9ème Art à l’occasion d’une édition 2016 toujours placée sous le signe de la ruralité.

Pour le galop d’essai du festival en 2014, les organisateurs avaient espéré un millier de visiteurs. Trois mille personnes avaient finalement fait le déplacement, et encore mille de plus l’année suivante. L’édition 2016 devrait conserver cette bonne dynamique, forte d’une distribution des plus attractives. Parmi la trentaine de dessinateurs invités figurent notamment Patrick Sobral, auteur chez Delcourt de la populaire saga « Les Légendaires », Pierre Bordage, connu pour sa trilogie de science-fiction « Les Guerriers du Silence » aux éditions L’Atalante, Philippe Briones qui a été appelé à travailler outre-56966e_8a9948d5533b46de84f99910f6be2619.jpg_srz_834_1175_85_22_0.50_1.20_0.00_jpg_srzatlantique pour la légendaire maison Marvel… Le président du jury n’est autre que Francis Groux, co-créateur en 1974 du célèbre Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême. Autant dire que La BD est dans le pré ne pouvait espérer meilleure caution !

UN ANCRAGE DANS LA RURALITE

Le festival est né de la rencontre entre trois passionnés : Antoine Le Chevallier, patron bien connu de la librairie Libellule à Marmande, Jacques Bilirit, maire de Fourques-sur-Garonne, qui cherchait à pérenniser une manifestation culturelle dans sa commune, et Alban Suarez, véritable homme-orchestre, entre autres critique, formateur et employé à Libellule. « Il ne se passe pas un week-end sans qu’une fête de la bande dessinée n’ait lieu quelque part en France », constate ce dernier. « Nous avons réalisé que pour nous démarquer, nous devions créer une thématique forte autour du festival. Nous avons voulu qu’il soit représentatif de l’identité rurale de Fourques mais aussi de la communauté d’agglomération de Val de Garonne en général. C’est pourquoi tous les albums sélectionnés ont un rapport avec la nature et le terroir, que ce soit à travers l’agriculture, l’élevage, l’artisanat, la gastronomie ou l’écologie ».

Alban se réjouit de voir que les habitants de la commune se passionnent pour l’événement. « Les bénévoles sont nombreux à s’impliquer dans l’organisation. L’économie locale profite des retombées. Les hôtels, les chambres d’hôtes et les restaurants accueillent les auteurs, qui vont vivre au rythme de notre Lot-et-Garonne pendant les quatre jours du festival ».

Alban pose devant l’affiche de l’édition 2016, signée Jampur Fraize, dont on retrouve ici la patte délirante.

DIMENSION EDUCATIVE

Si les portes sont ouvertes au grand public le week-end, le jeudi 11 et le vendredi 12 sont réservés exclusivement aux scolaires. Le dispositif avait été mis en place dès la première édition sur une seule journée, doublée l’année suivante afin de faire face à l’affluence massive des classes. « Nous avons toujours eu cette volonté de travailler avec les enfants et de développer leur connexion aux livres », explique Alban. « Encadrés par des animateurs professionnels, ils peuvent mettre la main aux dessins, travailler sur des planches de BD. Plusieurs auteurs organisent des rencontres et des ateliers soit sur le site du festival, soit directement dans les écoles ». Les élèves de Fourques-sur-Garonne ne sont pas en reste puisqu’ils ont réalisé cette année leur propre bande dessinée vendue sur place.

En marge des séances prisées de dédicaces avec les dessinateurs, attendez-vous à des surprises à travers les activités prévues : atelier de maquillage et de body painting animé par Jessica Figeac , défilé de mode sur les contes du terroir (Grimm, Perrault, Andersen) conçu par Amélie Tauzin de la marque Ameri, concours de déguisements… à l’effigie des personnages de BD bien sûr !

Nicolas Michel

Les délices du 8ème Salon du Chocolat de Marmande

 

IMG_6950
Le stand de la pâtisserie Lancuentre de la Rue de la Libération.

 

IMG_6941
Un large choix de tablettes pour tous les goûts.

 

IMG_6930
Des carrés de chocolat confectionnés sur place par Sophie.

 

IMG_6936
Dégustation de fruits trempés dans l’une des trois fontaines de chocolat.

 

IMG_6935
L’une des robes en chocolat du défilé de mode (réalisation de la pâtisserie Lancuentre).

 

IMG_6927
Le stand tenu par la librairie du Gang de la Clef à Molette, qui s’est décarcassée pour trouver mille et un ouvrages sur le thème du chocolat.

 

IMG_6956
Il y avait foule devant l’étal de la boutique Leonidas de la Rue Toupinerie.

 

IMG_6932
Le prix de l’élégance revient aux jeunes ambassadeurs de la chocolaterie L’Etalon Noir.

 

IMG_6945
Faites votre choix !

 

IMG_6928
Les deux têtes de cheval d’une quinzaine de kilos chacune, prix de la tombola organisée par le Kiwanis Club de Marmande.

 

IMG_6964
Votre ami blogueur, gourmand avéré, n’est pas rentré du salon les mains vides…

Nicolas Michel

Ouverture de la 42ème Foire Exposition

IMG_4896De l’extérieur proviennent les clameurs de la fête foraine, où les jeunes Marmandais se pressent gaiement. Dans le hall, l’ambiance paraît plus concentrée. Les exposants s’activent à renseigner les visiteurs sur leur activité. La majorité des stands tourne autour de l’habitat : vente de pavillons, rénovation, climatisation, chauffage, ameublement… Pour les entreprises locales concernées, le rendez-vous demeure incontournable. «Nous faisons la foire depuis des années», intervient Junior Pauliard de chez Ges Habitat, société spécialisée dans la vente et la pose de menuiserie Alu et PVC, porte de garage, portail, volet roulant. «Notre stand est toujours implanté au même endroit et nous amenons toute notre expo pour en faire bénéficier les gens qui ne peuvent pas se rendre dans notre magasin ou qui ne nous connaissent pas». Démarche similaire de la part de Patrick Lescombes et son fils Mathieu, de LPM Energies : «Nous représentons tout ce qui tourne autour du génie climatique : chauffage, plomberie, ventilation», explique Mathieu. «Nous avons tous les ans le même emplacement et nous essayons d’exposer le maximum de nos produits».

IMG_4894
Eric Chevalier et son stand de vins.

L’événement n’attire pas seulement les exposants du coin. Roland, vendeur de tapis d’Orient, est basé à Pessac, près de Bordeaux. Patrick, ébéniste, 12 ans de foire, a fait le déplacement depuis Mussidan en Dordogne. «Je fabrique des meubles sur mesures et je commence à avoir une bonne clientèle sur Marmande. Il y a un vrai potentiel pour un artisan comme moi». Certains viennent de plus loin encore. Eric Chevalier est VRP pour le caviste Terres des Templiers dans les Pyrénées-Orientales. «Il est important que nos clients du Lot-et-Garonne aient une image annuelle de notre activité. Ils sont toujours contents de nous retrouver ici».

IMG_4890
Patrick, menuisier, au milieu de ses meubles qu’il expose.
IMG_4889
Cengizhan, tout sourire pour sa première Foire de Marmande.

D’autres vivent leur baptême du feu. Jeune créatrice de bijoux fantaisie basée à Noaillac en Gironde, Delphine voit là une opportunité intéressante de se faire connaître. Même constat de la part du souriant Cengizhan, de Mondial Menuiseries à Bruges (33), pour lequel cette première visite représente une occasion de développer le marché dans notre département.

IMG_4888En dehors de l’aspect commercial, chacun a la possibilité d’accomplir un geste citoyen auprès des bénévoles de la branche locale de France ADOT, où vous pourrez obtenir tous les renseignements sur le don d’organes et demander une carte de donneur.

Nicolas Michel