Photo instantanée : arrivée de la cage de l’ascenseur des remparts

9 novembre 2017 – Les travaux au niveau des remparts, après plusieurs mois, semblent enfin entrer dans leur phase finale avec notamment l’arrivée de la cage d’ascenseur en verre, déposée tout doucement par une immense grue. On retenait son souffle pendant la délicate manoeuvre…  

Nicolas Michel.

Publicités

Trois lycéens avec la tête dans les étoiles

Nicolas, Florent et Martin, qui préparent au lycée Val de Garonne leur bac SSI (Scientifique Sciences de l’Ingénieur), ont participé à un concours international sur le thème de l’espace. Leur rêve aujourd’hui : trouver le financement pour assister en Guyane au lancement de la fusée Ariane 5.

Motivés par les futures carrières dans lesquelles ils veulent se lancer (ingénieur pour Nicolas et Martin, pilote de ligne pour Florent), les trois amis lycéens se sont investis cette année dans un  projet éducatif en lien avec l’exploration spatiale. Dans le cadre du concours international « Odysseus II », ils ont travaillé avec leur professeur, Pierre Marquestaut, sur une étude visant à améliorer la qualité du sommeil des habitants de la Station Spatiale Internationale par le biais de la luminothérapie.

Florent, Nicolas et Martin (de gauche à droite) : trois amis lycéens qui espèrent voir leur rêve aérospatial se réaliser.

Ils ont eu l’occasion de défendre leur idée lors de la finale du concours qui s’est déroulée début juillet à la Cité de l’espace à Toulouse. Nos jeunes ont dû gérer la pression de se retrouver face à un jury renommé, dont faisait partie notamment Claudie Haigneré, première femme française spationaute et ex-ministre. Difficulté supplémentaire, leur présentation s’est faite en anglais, trait d’union entre les différentes nationalités représentées (polonaise, espagnole, grecque, autrichienne, roumaine, etc). « On tire une certaine fierté d’être arrivés en finale », constate Nicolas. « C’est aussi une expérience importante qui comptera si nous voulons aller en classe préparatoire après le bac ». Nul doute qu’ils appréhenderont plus facilement les épreuves orales désormais !

Cagnotte en ligne et tombola

Au bout du compte, le trio n’a pas remporté le premier prix qui consistait en un voyage tous frais payés à Kourou, au Centre spatial guyanais, pour assister au lancement de la fusée Ariane 5 en décembre. « Une organisatrice nous a recontactés cet été et nous a proposé de participer au voyage quand même, à condition de le financer nous-mêmes », raconte Florent.

Du coup, ils ont créés une cagnotte en ligne et préparent une tombola pour laquelle ils font appel à la générosité des entreprises, collectivités et commerces locaux afin de récupérer des lots.

Si vous souhaitez aider Martin, Nicolas et Florent dans leur initiative, vous avez la possibilité de faire un don sur le site leetchi.

Nicolas Michel.

Les idées de cadeaux de Noël de vos commerçants

Le blog vous emmène dans Marmande à la recherche d’idées pour vos achats de Noël. Pour cette fin d’année 2016, l’itinéraire choisi nous conduit de la Rue de la Libération à la Place du Marché, en passant par la Rue de la République.

DOMINO (65, Rue de la Libération)

Bienvenue dans le temple des jouets traditionnels en bois et en métal, tenu par Brigitte et sa famille. Parmi les innombrables présents à offrir, Domino vous propose une caisse à outils pour les petits mécanos en herbe ainsi qu’une dinette avec four et service à thé. Les bambins pourront par ailleurs éveiller leurs sens avec un cube d’activités ou s’élancer sur leur premier porteur à l’allure plaisamment rétro.

le Nain Jaune, un classique des jeux de société apparu en Lorraine au XVIIIe siècle.

img_0344De leur côté, les parents retrouveront peut-être un de leurs plaisirs d’enfance avec un Nain Jaune joliment ouvragé. A moins qu’ils ne préfèrent un Billard Bordelais, où il convient de guider les billes vers les trous rapportant le plus de points. Jeu de l’oie, d’échecs ou de dames, Petits Chevaux : vous trouverez ainsi chez Domino tous les jeux de société incontournables.

STUDIO PHOTOJENNY (62, Rue de la Libération)

Pour les fêtes, Studio PhotoJenny vous propose deux promotions. D’une part, la séance premium d’une durée de 30 minutes passe de 150€ à 125€. Le résultat vous sera remis sous la forme de dix tirages 15x20cm dans un album simili cuir haute gamme et un Cd comportant toutes les images. D’autre part, si vous achetez un cadre ou un pêle-mêle, les tirages pour les garnir vous sont offerts (jusqu’à 20x30cm). Profitez-en avant le 10 décembre inclus.

LIBRAIRIE LIBELLULE (30, Rue de la Libération)

Le samedi 03 décembre de 14h00 à 17h30, le photographe Christian Prêleur sera présent au magasin pour dédicacer son livre Le Lot-et-Garonne prend la pose, sorti aux éditions Arphivolis. L’occasion d’offrir un exemplaire dédicacé de ce superbe ouvrage, qui célèbre en noir-et-blanc toutes les beautés de notre département.

Autre idée cadeau qui ne manque assurément pas de charme : le village miniature des santons de Provence. « Les santons sont faits en argile, peints à la main avec des détails minutieux », précise Véronique, qui tient la librairie avec son mari Antoine. « Vous retrouvez tous les personnages traditionnels : le meunier avec son moulin et son âne, la porteuse d’eau, la lavandière ». Des éléments de décor complètent la scène (pigeonnier, moulin, bergerie, murets, mare). « Beaucoup de gens commencent par acheter la Sainte Famille puis complètent le tableau année après année ».

NOUVEL’HAIR COIFFURE (30, Rue de la Libération)

Perrine (à gauche) et son apprentie vous présentent les paquets « voyage » de la marque Terre de Couleur.

A mettre au pied du sapin cette année : la trousse spéciale barbe de la marque Défi pour Homme ou des paquets tout prêts de la gamme Terre de Couleur contenant des produits au format voyage 100% naturels. Vous avez également la possibilité d’offrir un chèque cadeau permettant à l’heureux bénéficiaire de profiter notamment des services premium du salon, de nouveaux rituels et soins personnalisés de vingt minutes à une demi-heure effectués en cabine bien-être avec lumière tamisée, parfum et musique d’ambiance.

Par ailleurs, le samedi 17 décembre, chaque enfant est invité à rencontrer le Père Noël au magasin, tandis que les parents se verront offrir un bon de réduction d’une validité de trois mois.

Faisons maintenant une pause gourmande au 35, Rue de la Libération chez la bien connue Pâtisserie Lancuentre car, après tout, chocolats et autres marrons glacés restent indissociables de Noël…

CANLER (6, Rue de la Libération)

canler-marmandeEn matière de vêtements pour hommes, le cadeau à faire se trouve chez Canler. Pour une tenue de jour comme de nuit, vous pouvez vous habiller de pied en cap dans cette élégante boutique, où les marques sont mises en valeur. A gauche sur la photo : chemise et écharpe Jean Chatel, parka Peter Cofox, pantalon Bruno Saint Hilaire. A droite : pyjama et robe de chambre assortie Massana. Sous-vêtements (Hom) et chaussettes (Burlington) peuvent venir compléter l’offre par exemple.

En coffret cadeau, les chaussettes Burlington et leur fameux poinçon : classe et indémodable !

LA FONTAINE BIO (56, Rue de la République)

Le magasin a rentré pour les fêtes une nouvelle collection de soins entièrement biologiques, de la marque Peau de Fleurs : crème jour anti-âge, lotion tonique visage, crème nuit régénérante… Responsables jusque dans leurs emballages, en carton recyclé.

Le produit phare de La Fontaine Bio reste la lampe de sel. « J’en vends depuis 17 ans et elle a toujours autant de succès grâce à sa couleur, son prix raisonnable », se réjouit Miki, la responsable. « Elle détend par sa lumière chaude, relaxante, qui rappelle un peu le feu de cheminée. Elle donne une ambiance cocooning. Vous avez en complément un bougeoir et un diffuseur d’arôme. Pour faire Noël, je vous conseille la cannelle ».

ATELIER PHILIPPE S (Place du Marché)

atelier-philippe-s-a-marmandeAprès les hommes chez Canler, honneur aux dames ! Monsieur, vous cherchez à ravir votre bien-aimée avec un bijou pas comme les autres ? Philippe détient la solution idéale. « En général, une pierre sur un pendentif reste fixe », explique-t-il. « Avec ces nouveaux bijoux en argent, oxyde de zirconium, la pierre est mobile et bouge en même temps que vous, donnant sous la lumière un effet scintillant magnifique. C’est unique à Marmande. Vous pouvez assortir le pendentif avec une bague et des boucles d’oreille ».

LE COMIC BOOK STORE (Place du Marché)

anthologies-dc-comics-au-comic-book-store-de-marmande

Vous cherchez cette fois à faire plaisir à quelqu’un qui aime les comics ? Mickaël a sélectionné pour vous les Anthologies DC : des recueils de plusieurs aventures centrés sur un super-héros en commençant toujours par la toute première éditée – par exemple, celle de Superman remonte à 1938. « Les histoires avancent à travers le temps et permettent de voir l’évolution de tel ou tel héros en fonction des différents auteurs, des époques », précise Mickaël. « Vous pouvez ainsi approfondir votre connaissance des personnages. Il existe aussi une anthologie des super-vilains autour de Lex Luthor, le Joker et autres ».

Pour gâter un fan de Star Wars, ne cherchez pas plus loin ! Le Comic Book Store dispose d’un vaste choix de produits : des bandes dessinées à foison évidemment, mais aussi des lithographies en édition limitée, des tee-shirts, des figurines, des mugs et même un amusant coquetier à l’image du petit robot BB8. Mickaël a tenu à mettre en avant deux livres qui se distinguent par leur originalité : Le Manuel du Jedi et Le Livre des Sith. « Ils sont présentés comme des journaux intimes écrits par nos personnages préférés et qui seraient passés de main en main. On trouve dans les marges des notes personnelles de Yoda, Luke Skywalker, Dark Vador… C’est une plongée très personnelle dans l’univers de Star Wars ».

Pour un collectionneur de figurines Funko Pop, vous trouverez forcément votre bonheur au Comic Book Store. Des pièces rares sont même proposées.

LE GANG DE LA CLEF A MOLETTE (Place du Marché)

Libraires passionnés, Anne et Xavier ont porté leur choix sur le coffret de La Pléiade consacré à Jack London. « Il permet de relire toute son oeuvre dans de nouvelles traductions », précise Anne. « Cet auteur est un merveilleux raconteur d’histoires, son nom est synonyme d’Aventure. Il a posé des questions sur la société de son temps, qui sont toujours d’actualité. Il a gardé sa modernité et ses textes sont d’une force incroyable ».

Au rayon bande dessinée adulte, Le Gang de la Clef à Molette vous recommande Etunwan de Thierry Murat, l’histoire d’un photographe au XIXème siècle qui suit une mission dans l’Ouest américain et se prend de passion pour les Indiens qu’il rencontre. Une histoire « poignante », comme la qualifie Anne. « L’album se révèle d’une grande richesse », ajoute-t-elle. « Les planches de Thierry Murat sont de vraies oeuvres d’art. Il se réapproprie toutes les possibilités qu’offre la bande dessinée, de même que son personnage explore chaque opportunité de la photographie à son époque ».

Pour les enfants à partir de 5 ans, Xavier recommande un album d’Anne Brouillard intitulé La Grande Forêt – Le Pays des Chintiens édité chez Pastel. « Un mélange de récit illustré et de bande dessinée pour la jeunesse dans un étonnant pays inventé de toutes pièces, avec de vraies cartes détaillées. Les personnages sont dessinés tout en légèreté et les paysages sont magnifiques. Les enfants adorent parce que ça parle à leur imaginaire ».

TOUT NATURELLEMENT (1, Rue de la Filhole)

Les diffuseurs d’huiles essentielles constituent toujours un cadeau plaisant. Le magasin en propose de toutes sortes.

Le bio et le bien-être guident vos choix de cadeaux ? Danielle et sa fille, Virginie, ont dressé tout spécialement une table sur laquelle vous n’aurez plus qu’à piocher parmi les nombreux coffrets de soins Melvita pour le corps et le visage sur des thèmes aromatiques différents : rose, huile d’argan, Or Bio (qui combine plusieurs huiles précieuses)… Vous pourrez opter pour des petites trousses contenant des assortiments de produits ou de jolies boules façon Noël, garnies elles aussi d’échantillons.

Nicolas Michel.

INKcarnation, le tatouage comme un Art

Rencontre pleine de piquant avec Julie et Sébastien, un couple haut en couleur qui associe le tatouage et le piercing dans son salon INKcarnation sur la Place du Marché.

Une déco hétéroclite pour un effet cosy.

Autrefois marginalisé, associé aux marins et aux prostituées, le tatouage est devenu aujourd’hui un véritable phénomène de société, démocratisé dans nombre de séries (« Prison Break », « Blindspot »…) et d’émissions de téléréalité. Signe distinctif ou marque d’affection envers un être cher, il touche toutes les tranches d’âge et catégories socioprofessionnelles. « Avant, le tatouage était ancré dans une culture très underground », explique Julie. « Les boutiques comme la nôtre se situaient souvent au fond des rues car les gens n’avaient pas forcément envie que l’on sache qu’ils venaient se faire tatouer ». Ces échoppes n’ont plus de raison de se cacher deco-asiatique-du-salon-ink-carnationdésormais et INKcarnation a pignon sur rue. Comme le souligne Julie : « Il existe même des chaînes de tatouage maintenant, comme il y a des chaînes de coiffure, avec un côté un peu clinique. Nous ne voulions surtout pas de ça pour notre salon. Nous mettons en avant un espace de travail chaleureux, de type petit boudoir. On l’a décoré de façon vintage, un peu kitsch. On y a intégré beaucoup de souvenirs de nos voyages aussi. Nous aimons tout particulièrement l’Asie ».

Un exemple de motifs symétriques réalisés par INKcarnation.
Un dessin très old school !

DES MANDALAS TENDANCE

L’Asie, justement, a le vent en poupe en matière de tatouages. « La tendance actuelle tourne autour de motifs venus d’Inde, comme des mandalas, tout en symétrie. Le dotwork, un travail au point à point, est très à la mode aussi. Certaines choses restent intemporelles : tout ce qui est japonais par exemple ou ce que l’on appelle le old school, regroupant des motifs hérités des marins tels que le poignard, la rose, l’ancre, la sirène… Vous avez également le néo-traditionnel, une version plus moderne, revisitée, du old school ». Quant aux piercings, le septum (entre les narines) s’inscrit dans l’air du temps. « Beaucoup de stars le font et les gamines veulent leur ressembler », constate Julie, qui précise que les mineurs représentent 70% de sa clientèle.

ARTISTES… ET PSYCHOLOGUES !

Si, depuis neuf ans qu’existe INKcarnation, Julie et Sébastien ont su apporter la preuve de leur sérieux et de leur savoir-faire, il est une qualité qu’ils tiennent à souligner. « Avant tout, nous sommes des artistes. Nous sommes animés par notre passion. Nos clients nous aiment pour ça ». La relation de confiance 14370188_1299335853412630_8475937740223204558_nentre la personne et son tatoueur demeure primordiale. Car il ne s’agit pas d’un acte anodin, il s’inscrit dans la peau. « Nous discutons beaucoup avec nos clients », fait remarquer Julie. « Si un jeune vient parce qu’il veut le prénom de sa copine sur la nuque, on va d’abord lui expliquer qu’il a choisi un endroit du corps exposé et qu’il ne va peut-être pas rester toute sa vie avec elle. Notre rôle, c’est aussi de nous montrer psychologues avec les gens. On ne va pas faire n’importe quoi avec eux, on va les aiguiller ». Sans mauvais jeu de mot, Julie !

Retrouvez en photos sur Facebook toutes les oeuvres de INKcarnation.

Nicolas Michel

Aquaval, pose des panneaux solaires

IMG_8501

En ce jeudi 26 mai 2016, l’installation de panneaux solaires a eu lieu sur le site d’Aquaval. Une louable transition écologique destinée à réduire les dépenses énergétiques du complexe, en complément des chaudières à gaz qui ont été modernisées. Les panneaux serviront aussi bien au préchauffage de l’eau des bassins intérieurs qu’au chauffage de la piscine extérieure et des jets des douches.

Chaque panneau mesure 5m sur 2m. Implantés le long de la voie ferrée, ils totalisent 250m2 et jouxtent le pentaglisse.

 

La pose est assurée par une société locale, ACEP, basée à Samazan.

 

A la mi-journée, le champ de panneaux solaires était quasiment achevé…

 

A l’abri des regards, les deux imposantes cuves de 10 000 litres chacune. Les panneaux pourront porter l’eau à une température maximale atteignant les 90°C. Sur une journée de bon ensoleillement, ce sont jusqu’à 40 000 litres d’eau qui pourront ainsi être réchauffés.

Nicolas Michel.

(remerciements à Val de Garonne Agglomération et Aquaval).

1 an, ça se fête !

« Regard sur Marmande » célèbre sa première année d’existence. Quand je me suis lancé dans cette aventure le 27 mars 2015, j’étais loin de me douter qu’elle serait aussi riche de belles rencontres. Je tiens à remercier du fond du coeur toutes les personnes que j’ai interviewées jusqu’à présent et qui m’ont IMG_6819toujours réservé un accueil des plus chaleureux, mais aussi les lectrices et lecteurs, dont la fidélité ont permis à mon travail de trouver un écho de plus en plus vaste.

Tenir ce blog constitue avant tout un véritable plaisir. Plaisir d’écrire. Plaisir d’informer. Plaisir de partager. « Regard sur Marmande » repose sur des valeurs humaines qui me sont chères, encore plus essentielles en ces temps troublés. Il m’importe de défendre le commerce de proximité car il représente l’un des poumons du centre-ville. Sans lui, nul doute que Marmande s’asphyxierait ! Nos boutiques entretiennent le lien social. Nous apprécions tous de partager – moi le premier ! – un peu de nos joies et de nos peines avec ces figures familières que sont nos commerçants. Bien souvent, derrière leur vitrine, ils s’investissent sans compter et méritent que l’on donne un coup de projecteur sur leur énergie, leur passion, lesquelles profitent finalement à chacun d’entre nous.

Au commencement de ce deuxième chapitre, j’espère que vous continuerez à apprécier mon portrait de Marmande, ma ville d’adoption, ma ville de coeur !

Nicolas Michel.

« Regard sur Marmande : un véritable regard de qualité porté sur notre ville, ses acteurs, ses commerces, sa culture, sa Vie. Une page web bien nommée qui ajoute à la fierté d’être Marmandais, le plaisir de se découvrir les uns les autres ! Merci Nicolas » – Alban Suarez (librairie Libellule).

« Longue vie à Regard sur Marmande et merci de tout ce que vous faites pour informer et raconter la ville, son patrimoine, ses commerces et ses pôles d’intérêts » – Michel Devals (Les Enfants Gâtés).

« Il faut déjà commencer par te dire MERCI car sans toi, ton enthousiasme, ton volontariat, ta vaillance et ta passion, on ne fêterait pas cette première année de jolis articles nous mettant en valeur. C’est tellement rare de nos jours que des gens donnent de leur temps pour en faire gagner à d’autres, et sans contrepartie, c’est simplement magique. Belle initiative que d’avoir créé ce blog. Alors joyeux anniversaire ! Encore merci de ta présence dans Marmande, et du fond du cœur, je te souhaite une belle réussite dans ton entrepreneuriat personnel » – Aurélie Franquin (Epices Et Chocolats).

« Merci Nicolas pour ton blog car la meilleure communication reste celle où le journaliste se déplace et a un contact direct avec le commerçant… Bonne continuation »Nicolas Zanette (Atelier&Co).

« Et voilà déjà une année pour l’excellent blog Regard sur Marmande !  Mazette ! Et bien c’est clairement un travail qui a largement trouvé sa place dans notre paysage marmandais. Un an déjà que Nicolas croque nos bons moments, nos lieux actifs, ce qui fait avancer et il voit que Marmande possède de nombreux atouts et des forces sincères qui souhaitent lui donner une belle dynamique. C’est un travail nécessaire, constructif. Longue vie au blog » – Xavier Delhert (Le Gang de la Clef à Molette).

« Voilà 1 an maintenant que le blog Regard sur Marmande propose un regard neutre et fidèle sur notre ville et nos commerces marmandais. Que lui souhaiter de plus qu’une longue vie ainsi qu’un bel avenir professionnel pour son Blogueur, Nicolas, qui est incessamment à notre écoute pour donner les nouvelles de nos commerces anciens ou nouveaux, de nos vies, à ses lecteurs. Félicitations pour ce projet, cette idée, déjà 1 an ! Continue comme ça. Et enfin Bon Anniversaire ! Merci à toi Nicolas, tu seras toujours le bienvenu chez Kustom Kruiz »Willy Damour (Kustom Kruiz).

2015 : une rétrospective (Partie 2)

IMG_7328Emilie de la « Pâtisserie Lancuentre » (rue de la Libération).

Comment s’est déroulée votre année 2015 ?

2015 a été difficile car mon mari s’est fracturé le pouce à Pâques et j’ai dû le remplacer dans l’urgence. Nos clients ont été très compréhensifs. Ils ont accepté pendant quelques mois de ne pas avoir certains gâteaux que nous ne pouvions pas réaliser. Mais dans l’ensemble, on a réussi à faire ce qu’il fallait et l’année a été correcte. Décembre m’a paru plus calme mais l’esprit de Noël n’a pas disparu pour autant. Les commandes sont arrivées la dernière semaine avant les fêtes… Parmi les temps forts, le Salon du Chocolat a pris une teinte particulière après les attentats. On a senti que les gens se sont déplacés pour se faire plaisir, ils avaient envie de se réconforter. L’événement marche toujours aussi bien et c’est agréable pour nous d’avoir un contact différent avec les clients en cette occasion.

Si vous ne deviez retenir qu’une chose de 2015 ?

L’organisation et la solidarité par rapport à ce qui est arrivé à mon mari.

Que souhaitez-vous aux lecteurs de « Regard sur Marmande » pour 2016 ?

Une année très douce, gourmande et chocolatée, beaucoup de bonnes choses. Ayez du plaisir et faites plaisir !

 

Antoine de la librairie « Libellule » (rue de la Libération).

Comment résumeriez-vous l’année 2015 au niveau de votre magasin ?

L’année a été marquée par des événements dramatiques, avec des répercussions évidentes sur le moral qui déjà n’était pas au beau fixe. Par rapport à cette situation, on s’est posé des questions, on a cherché ce que l’on pouvait offrir aux gens pour les sortir de cette morosité. Notre travail essentiel à Libellule tourne IMG_7330autour de la convivialité, de la communication entre les personnes. Nos clients ont besoin de se sentir bien chez nous, d’avoir des personnes qui se préoccupent de leurs envies. D’où la création d’un espace détente dans lequel on peut se poser cinq minutes ou trois quarts d’heure, pour boire un café ou pas. Tous nos efforts tendent à faire de Libellule un lieu de vie et de rencontres. On a renforcé aussi nos activités hors murs, un mouvement que l’on a démarré il y a plusieurs années avec notamment des ateliers BD, manga, des expositions… Le festival de La BD est dans le pré au printemps constitue pour nous un point d’activité très fort, avec la rentrée scolaire et les fêtes de fin d’année.

Quelle serait votre image phare de 2015 ?

Elle sortirait du cadre de Libellule et serait liée aux attentats. Ces événements vous rappellent que, aussi dure que soit votre vie de tous les jours, constellée de hauts et de bas, de pareils attentats peuvent brutalement remettre en cause votre vision de l’existence.

Quels voeux adressez-vous à ceux qui suivent le blog ?

J’ai vu sur Canal + une rétrospective des voeux présidentiels année après année, qui commençaient toujours de la même manière : « L’année que l’on vient de passer a été très difficile ». J’ai été etonné de cette continuité. A nous de rendre la vie en général plus sympathique ! Je souhaite que l’on puisse réussir à fédérer, faire se rencontrer les gens et qu’ils se sentent à l’aise au moins dans un endroit comme le nôtre.

 

IMG_4713Sandrine du « Planet Coffee Shop » (rue Toupinerie).

Parlez-nous de l’année 2015 pour le « Planet Coffee Shop »…

2015 s’est inscrit dans la continuité des années précédentes. Tout s’est bien passé. On a fait de gros travaux en juin pour redonner du peps à l’établissement. Les retours ont été positifs. Les clients ont eu l’impression que l’on avait agrandi le magasin. Ces aménagements ont peut-être amené une clientèle nouvelle et nous avons toujours nos habitués, que je ne cesserai jamais de remercier pour leur fidélité.

Quelle image garderez-vous de 2015 ?

Les attentats ! On ne pensait pas être touché autant par la mort de personnes que l’on ne connaissait pas. Et avec Charlie Hebdo, c’est notre liberté d’expression qui a été attaquée… Mais mon image positive de 2015, car il est important de finir sur une note positive, reste les manifestations de Marmande, menées aussi bien par la municipalité que par l’union des commerçants et les associations indépendantes. Elles ont redonné du baume au coeur aux Marmandais. On a senti que les gens étaient vraiment partie prenante.

Vos souhaits pour 2016 à tous nos lecteurs ?

Beaucoup de fous rires. Des larmes de joie pour contrecarrer les larmes de 2015.

 

IMG_7313Perrine de « Nouvel’Hair Coiffure » (rue de la Libération).

Quel regard portez-vous sur l’année écoulée ?

J’ai connu des hauts et des bas mais l’année reste plutôt positive, du fait que j’ai pris davantage confiance en moi, grâce au soutien moral de personnes qui m’ont boostée. L’effet a porté. J’ai gagné un concours national, qui m’a motivée à suivre des formations et ça s’est répercuté ensuite sur la qualité de mes prestations.

Votre meilleur souvenir de 2015 ?

Justement, quand j’ai fait partie des dix gagnants du concours artistique Amika Cut, qui m’a permis de suivre un week-end de formation tous frais payés à Paris avec un coiffeur réputé au niveau mondial. J’étais très fier d’avoir remporté quelque chose par rapport à mon travail, ce fut une vraie reconnaissance.

Quels sont vos conseils beauté pour 2016 ?

Toujours plus ! Plus de couleurs, de beaux ongles, de maquillages, faites-vous plaisir, pensez à vous et investissez sur votre corps (rires)…

 

IMG_6906Willy de « Kustom Kruiz » (rue de la Libération).

Quel bilan tirez-vous des premiers mois d’existence de votre boutique ?

Le magasin s’est fait connaître au fur et à mesure. On compte maintenant, pour bien se lancer, que les infrastructures adéquates se mettent en place, que le cycliste puisse rouler en sécurité. On attend la belle piste cyclable qui doit relier Marmande à Casteljaloux, dont la construction devrait commencer cette année. Ce sera beaucoup mieux que de passer par la départementale pour aller jusqu’à Pont des Sables et récupérer la piste cyclable du canal. La fin d’année a été difficile. Mais on a concrétisé des soutiens qui apprécient notre projet, nos types de vélos, nos personnalités. Ils nous soutiennent et nous donnent envie d’avancer, de nous battre. Il existe heureusement des gens qui aiment se serrer les coudes, avancer ensemble, optimiser les services que l’on peut se rendre les uns et les autres.

Vos voeux pour 2016 ?

Roulez à vélo (rires)… Avant tout, au créateur du blog, bonne chance pour que « Regard sur Marmande » continue de bien marcher, parce que le résultat jusqu’à présent est vraiment cool. Aux lecteurs, soyez patients et constructifs dans vos critiques. Et n’oubliez pas qu’il y a des commerces en centre-ville, il n’est pas mort ! Redécouvrez le avec tout ce qu’il peut offrir.

Nicolas Michel.