Clémence Joya : le commerce marmandais à l’heure du numérique

Manager du commerce et de l’artisanat au sein de la mairie de Marmande depuis février 2015, Clémence Joya nous parle des enjeux pour le centre-ville et nous présente l’application «Marmande Avenue», destinée à ouvrir une nouvelle ère mobile.

La mairie de Marmande

Quelles sont les missions inhérentes au poste que vous occupez ?

Redynamiser le commerce marmandais, faire venir de nouveaux porteurs de projets, les conseiller, les rediriger vers la Chambre de Commerce et des Métiers. Je dois aussi faire le lien entre l’association des commerçants et la mairie, développer des stratégies pour ramener les gens dans les commerces de proximité. J’accompagne ainsi les commerçants dans le virage du numérique et de l’e-commerce.

Comment jugez-vous la situation du commerce à Marmande ?

IMG_5035
Le stationnement en centre-ville fait débat.

Le constat est quasiment le même partout en France. Le centre-ville est délaissé au profit des zones commerciales avec une proposition et une variété de produits qui sont concentrées, ainsi que des facilités de stationnement. C’est-ce que l’on voit à Marmande avec la Route de Bordeaux, où il y a une forte affluence le samedi par exemple, alors que les commerçants en centre-ville ressentent le départ des consommateurs. Le cœur de ville bénéficie pourtant d’une offre intéressante et diversifiée, avec un équilibre entre franchises et indépendants, mais elle n’est pas assez mise en avant. Il y a tout un travail de communication, de marketing territorial, à accomplir, en le combinant à une réflexion sur les horaires, la circulation, le stationnement et le numérique.

Comment analysez-vous la question du stationnement justement ?

IMG_5032
Le parking de La Filhole.

Elle est liée à la question de savoir si l’on prend son véhicule ou non. Il faut réfléchir à une solution intermédiaire, privilégier le piéton sans forcément interdire la voiture. De là découlera un cheminement commercial et du stationnement qui sera adapté à chaque rue. Il faut expliquer aux Marmandais qu’en se garant au parking gratuit de La Filhole, le centre-ville reste proche et accessible. Nous avons actuellement une personne qui travaille sur le développement du vélo en centre-ville et périphérie proche tout en intégrant le futur projet multimodal de la gare. Une réflexion se fait et elle aura des conséquences sur le commerce.

Une vision du futur Boulevard Gambetta, axe primordial de la gare.

Il y a eu plusieurs remontées par rapport à des contraventions qui ont été dressées. Est-ce un moyen envisagé pour dissuader les habitants de prendre leur voiture ?

Pas du tout ! La police n’a pas vocation à faire fuir le stationnement en centre-ville.

Dans le projet «Centre ville, Cœur de vie», on peut lire : «identifier le centre-ville comme un lieu d’ancrage et non de passage». Vous pourriez développer ?

IMG_5039
La rue Charles de Gaulle : un concentré de commerces.

L’idée, c’est d’identifier Marmande comme le cœur de Val de Garonne et non plus un passage entre Bordeaux et Agen, en faire un lieu de vie sur le plan commercial, de la culture et de l’habitat, développer des services pour donner envie aux gens de rester sur le territoire. Il manque des activités nocturnes par exemple. On voudrait développer des lieux de convivialité. C’est là que le commerce à son rôle à jouer pour le projet «Centre-ville, Cœur de ville». On souhaite aussi créer une boucle de cheminement commercial, qui amènerait les gens à profiter du centre-ville du début de la rue Charles de Gaulle à La Filhole. Enfin, il est important de s’inscrire dans le numérique.

Sur ce point, vous avez lancé l’application «Marmande Avenue». Pourriez-vous nous la présenter ?

QR Code
Le code à flasher pour accéder à l’application.

Elle existait déjà sous le nom «Mobil Avenue». Du côté consommateur, vous la téléchargez gratuitement sur votre smartphone, vous vous inscrivez et l’application va générer un QR code qui vous est propre et qui va correspondre à votre carte de fidélité. Quand vous allez dans une boutique et que vous faites un achat, vous présentez votre QR code, le commerçant le flashe et en fonction de son programme de fidélité, il vous dira si vous avez droit à des remises ou des cadeaux. Grâce à l’application, vous restez au courant des bons plans, des promo et des nouveautés. Si vous cherchez une boutique, vous pourrez la trouver grâce à la géolocalisation. Vous pourrez filtrer par thématique : shopping, alimentation…logomarmandeavenuerectangle

Du côté des commerçants, chacun doit s’équiper au minimum d’un ordinateur avec une caméra ou une tablette pour pouvoir flasher les QR codes. Ce qui est intéressant pour eux, c’est qu’ils peuvent créer leur site mobile et communiquer leurs informations, leur événementiel. Ils peuvent envoyer des alertes via l’application à l’ensemble des inscrits et ainsi toucher un ensemble important de personnes qui ne sont pas encore forcément clients chez eux.

L’application est gratuite pour les clients, mais à combien revient l’abonnement pour les commerçants ?

Les tarifs ont été négociés entre la société D2com et la mairie : 84 euros hors taxe pour le paramétrage et la création du site mobile et ensuite 12 euros hors taxe d’abonnement mensuel. A l’heure actuelle, nous avons une quarantaine de commerçants inscrits, essentiellement en centre-ville, mais on commence aussi à s’écarter notamment vers le quartier de Lolya. L’application est bien accueillie dans l‘ensemble. Nous avons un bon retour des commerçants, qui attendent des projets comme celui-ci.

Propos recueillis par Nicolas Michel.

Publicités